Les Algériens aux bagnes de Guyane (Michel Pierre) 

Les bagnes coloniaux du Second Empire et de la Troisième République ont surtout été considérés comme des lieux d’expiation implantés outre-mer (particulièrement en Guyane de 1852 à 1953) afin de punir des condamnés aux travaux forcés issus de France métropolitaine. En oubliant que ce processus de transportation a aussi concerné l’ensemble de l’Empire colonial français, et plus particulièrement l’Algérie où la mémoire de ce dernier exil est encore vivace. Par contre, la Guyane n’en a conservé nulle trace, et les chercheurs ont insuffisamment étudié le destin de ces milliers d’hommes pris dans l’étau d’une histoire tout à la fois pénale et coloniale.

Algerians in Prison – The colonial prisons of the Second Empire and of the Third Republic were above all considered to be places of atonement set up overseas (in particular in Guiana from 1852 to 1953) to punish convicts from mainland France sentenced to hard labour, forgetting that the process of transportation also concerned all of the French colonial empire and in particular Algeria where the memory of that final exile is still very much alive. On the other hand, Guiana has failed to keep any trace and researchers have not sufficiently studied the fate of those thousands of men caught in the vice of penal and colonial history.

Plan de l’article :

  1. L’Algérie. Une colonie particulière
    1. Terre d’exils
    2. Une législation spécifique
    3. Justice de race, justice de classe ?
    4. Quelles peines pour quels délits ?
  2. Vie et survie en Guyane
    1. Le départ et le voyage
    2. Des forçats à part ?
    3. Deux mondes à part
  3. Une longue mémoire
    1. Le retour
    2. Un témoignage inédit

Michel Pierre : Agrégé d’histoire, ancien diplomate à l’ambassade de France à Alger

Histoire de la justice

2016/1 (N° 26) Éditeur : Association française pour l’histoire de la Justice

Pour en savoir plus sur les conditions d’acquisition de l’article sur Cairn.info

________________________________________________________________________________________________________________________________________________


Histoire de la justice
2016/1 (N° 26)
Justices en Guyane
À l’ombre du droit
Pages : 310
Éditeur : Association française pour l’histoire de la Justice

Présentation : Il semble que la justice a un rôle particulier à jouer dans la manière de faire vivre la démocratie dans une région comme la Guyane.

Directement confrontée à la diversité culturelle (songeons aux Amérindiens et aux Noirs marrons), quelle peut-être sa contribution à la culture démocratique ? Est-ce la fiction française d’un peuple –un, sujet d’un droit homogène, qui demeure sa ligne de conduite ?

C’est cette approche à la fois historique, juridique et anthropologique, de Louis XIV à 2014 qui est proposée dans cet ouvrage : D’abord une histoire de la justice en Guyane dans la longue durée ce qui suppose d’évoquer le rôle des juridictions dans les périodes esclavagistes et anti-esclavagistes. Puis l’histoire pénitentiaire qui a marqué le territoire et la mémoire collective. Ensuite, est abordée la manière dont l’institution française traite spécifiquement les affaires civiles, commerciales et pénales.

Le décalage existant entre le droit coutumier et le droit positif soulève depuis longtemps un questionnement qui n’est toujours pas résolu tant « le peuple de Guyane » est composite et tant les particularités sont nombreuses : uniformité ou diversité ? Primat du droit étatique ou de la coutume ? Pluralisme juridique accepté ou recherche d’une unité du droit ? Une meilleure connaissance de la loi apporterait-elle des réponses ?

Ces journées régionales d’histoire de la justice ont mis en avant les faiblesses d’une telle méconnaissance et en particulier révélé un grave problème : celui de l’enfance en danger ce qui a justifié la mobilisation de ressources universitaires, judiciaires et associatives locales.


Vous aimerez aussi...