Aux sources du Rebetiko : Chansons des Bas-Fonds, des Prisons et des Fumeries de Haschisch, Smyrne-Le Pirée-Salonique, 1920 -1960

Première édition : 2001 – Smyrne – Le Pirée – Salonique (1920-1960), un livre et un CD : Les chansons des bas-fonds, des prisons et des fumeries de haschisch

Les touristes qui visitent la Grèce ne connaissent guère le rébétiko (Ρεμπέτικη μουσική), musique urbaine importée de Turquie dans les années 1920, qu’on qualifie parfois de « blues grec », et qui se survit aujourd’hui dans quelques bonnes tavernes, après avoir influencé les compositeurs Hadjidakis et Theodorakis, et aujourd’hui des chanteurs comme Nikos Papazoglou, Haris Alexiou, Glykeria ou Dalaras.

« Musique grecque née au début du XXe siècle, le rébétiko est en vogue et vit de beaux jours ou plus exactement de belles nuits, dans les tavernes d’Athènes et des autres villes. Il est apparu dans les quartiers populaires et défavorisés, exprimant une sorte de mal-être sublimé par la musique et le chant. Il est en cela comparable au blues des Noirs américains. C’est dans un ferment de culture populaire et de pauvreté que le rébétiko bouillonne, avec des ingrédients orientaux venus de Smyrne où vivait jadis toute une population grecque. Sous-prolétaires, réfugiés, chômeurs forcés ou professionnels vivant de trafics en tout genre, ce “milieu” est celui des rébètes qui se retrouve dans les cafés ou les tékés (fumeries de haschich) pour tenter d’oublier cette vie de chien dans la fumée du narguilé, la mastoura (enivrement), la musique et la danse. » (extrait d’un article de Laurence Stiefenhöfer, Le Forum des Images)

Ce livre refondu plusieurs fois est paru pour la première fois en 1975 sous le titre Road to Rembetika.

Cette réédition comprend plusieurs nouveaux chapitres. Les chansons qui l’accompagnent ont été entièrement renouvelées, privilégiant les enregistrements originaux de la grande époque du rébétiko.

Spécialiste de la musique grecque – Née en Australie, en 1941, Gail Lilian Holst-Warhaft a passé la majeure partie de sa vie en rapport avec la Grèce. Elle a été, tour à tour, journaliste, animatrice, écrivaine, universitaire, musicienne, poète et érudite indépendante. Dans les années 1970, tout en effectuant des recherches pour deux livres sur la musique grecque, elle a joué en tant que claviériste avec compositeurs grecs de renom, dont Mikis Theodorakis et Dionysios Savvopoulos.

Gail Holst-Warhaft est professeur à l’Université Cornell où elle dirige un programme d’études méditerranéennes.

Parmi ses nombreuses publications : Theodorakis : Myth and Politics in Modern Greek Music (1980), Dangerous Voices : Women’s Laments and Greek Literature (1992), The Cue for Passion : Grief and its Political Uses (2000), and I Had Three Lives, sélection de poèmes de Mikis Theodorakis (2005). Gail Holst a également publié des traductions d’Eschyle, et d’un certain nombre de célèbres poètes grecs modernes et prosateurs dont Nikos Kavadias, Katerina Anghelaki-Rooke, Kambanellis Iakovos et Alki Zei. Son premier recueil de poèmes, Penelope’s Confession, a été publié par Livres Cosmos en 2007.

Éditeur : Nuits Rouges

Collection : Essai

Rébétiko Tsardi ~ Chansons des fumeries et des prisons (la Grèce du …

Rébétiko Tsardi ~ CHANSONS DES FUMERIES ET DES PRISONS (la …

Les Rencontres des Gobelins / La Grèce : retour aux sources (XVIIIe …

Yorgos Nousis – Rebetiko Fantasy – YouTube


Vous aimerez aussi...