Machination, intrigue et résolution. Une histoire plurielle de la préméditation, Anne-Claude Ambroise-Rendu, Frédéric Chauvaud (dir.) (parution)

« Le crime parfait est le triomphe de la préméditation, le criminel doit non seulement camoufler son crime s’il le peut, mais même prévoir toutes les circonstances qui entourent ce crime de manière à ne laisser aucune trace, de façon à ce que son crime se déroule, en quelque sorte, automatiquement […]. J’ai l’impression que ce sont les auteurs de romans qui ont été amenés à inventer de toute pièce le crime parfait pour donner libre cours à leur subtilité et à leur inventivité […]. Par conséquent ils avaient besoin, pour se montrer romanciers, d’inventer le crime parfait ».

L’imaginaire de l’assassinat – puisque qu’il s’agit avant tout de meurtre dans cette évocation vague du « crime parfait » par un de ses éminents romanciers – accorde sans doute plus de place à la préméditation qu’à l’acte lui-même, souvent rapidement relaté. Ou plutôt, la préméditation devient une partie constitutive même de l’acte, l’aspect le plus ténébreux de l’affaire puisqu’elle en recèle la dimension psychologique alors que l’homicide proprement dit aboutit finalement en un geste technique, le plus souvent assez banal et simple – même dans son horreur –, si l’on peut se permette cet épithète déshumanisant. Le crime et sa préméditation, malgré leur caractère exceptionnel, comme en attestent les archives judiciaires, paraissent néanmoins familières à la plupart. La mise en scène du meurtre ourdi par un individu – quand ce n’est pas sa propre mort qui est envisagée, préparée et décidée – ou fomenté au sein d’un complot, est présente partout : les scènes de théâtre depuis l’antiquité, les pages des romans, des journaux, depuis plusieurs siècles, et maintenant les écrans ; ceux-ci, portables ou non, font pénétrer l’assassin dans l’intimité d’une poche ou celle du foyer rassurant ; ceux des salles obscures transforment le frisson singulier en une émotion collective et partagée. (…)

Lire la suite du compte rendu de l’ouvrage Anne-Claude Ambroise-Rendu, Frédéric Chauvaud (dir.), Machination, intrigue et résolution. Une histoire plurielle de la préméditation, rédigé par Laurent Lόpez dans la revue Criminocorpus.

Anne-Claude Ambroise-Rendu, Frédéric Chauvaud (dir.), Machination, intrigue et résolution. Une histoire plurielle de la préméditation, Limoges, Presses Universitaires de Limoges (PULIM), coll. Constellations, 2017, 254 p.

(1)Thomas Narcejac, Tribune de Paris, « Le crime parfait existe-t-il ? », première diffusion le 12 octobre 1948 sur la Chaîne Nationale, cité dans Les Nuits de France Culture par Philippe Garbit, émission du 12 février 2017, France Culture.


Vous aimerez aussi...