Table ronde – Violette Nozière, l’ange noir de l’Entre-deux-guerres

Samedi 18 novembre 2018 à 14h : Table ronde – Violette Nozière, l’ange noir de l’Entre-deux-guerres – Mairie du 13ème arrondissement de Paris

Table ronde avec Anne-Emmanuelle Demartini, auteure de “Violette Noziere. La fleur du mal”, Hélène Duffuler-Vialle, auteure de “La prostitution urbaine en France dans l’Entre-deux-guerres”, et Marc Renneville de Criminocorpus.

Parution du livre le 7 septembre 2017 – Un soir d’été de 1933, à Paris, Violette Nozière, âgée de 18 ans, empoisonne ses parents. Parricide, inceste, poison : le fait divers sensationnel, modelé par les médias, a tout d’une tragédie moderne. L’enquête tient en haleine une opinion que le crime hors-norme promène dans le logis ouvrier, sur les trottoirs de la capitale, parmi les femmes vénéneuses et les parents indignes, dans la jeunesse perdue et les élites pourries. Se dessine la « fleur du mal », sombre icône du conflit de générations dans une France en crise. Condamnée à mort, la criminelle sera graciée et finalement réhabilitée. Ce livre propose une manière de faire de l’histoire avec une affaire judiciaire, dépliée dans toutes ses dimensions. Jamais la micro-histoire n’aura autant révélé l’imaginaire social et sa dynamique.

Tragédie eschyléenne dans le Paris des années trente, drame de l’ascension sociale dans une famille ouvrière aspirant à la classe moyenne, forfait illustrant l’éternel danger des empoisonneuses hypocrites et cruelles, histoire édifiante de la chute d’une jeune fille émancipée qui transgressait les normes de la féminité, drame privé éclairant le conflit de générations dans une France vieillissante : autant de lectures qui ont conféré à Violette Nozière, née pendant la Grande Guerre, adolescente au temps des années folles, parricide aux sombres heures de la crise économique, une dimension symbolique ( « la fleur du mal de notre époque »).

Normalienne, agrégée d’histoire, Anne-Emmanuelle Demartini est professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris 13. Ses travaux portent sur les sensibilités et les imaginaires sociaux contemporains explorés à partir d’itinéraires individuels, de l’exception et de la transgression : criminel(le)s, monstres, affaires judiciaires, etc.

Elle est l’auteure de L’Affaire Lacenaire (Aubier, 2001) et a co-dirigé plusieurs ouvrages comme Monstre et imaginaire social (Créaphis, 2008).

Éditions Champ Vallon

__________________________________________________________________________________________________________________

Le “chant du cygne” : de la prostitution réglementée durant l’entre-deux-guerres / Hélène Duffuler-Vialle. In journée d’étude “La prostitution urbaine en Europe du Moyen Âge à nos jours” organisée par le laboratoire France Méridionale et Espagne (FRAMESPA) à l’Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail, 19 novembre 2014.

A partir notamment des archives départementales du Nord et du Pas-de-Calais, des archives municipales de Lille, Douai, Boulogne, Dunkerque, Roubaix et des thèses juridiques d’époque, Hélène Duffuler-Vialle étudie l’évolution des maisons de tolérance durant l’Entre-deux-guerres entre abolitionnisme et réglementarisme, un régime juridique spécial qui encadre la prostitution et dont la mise en œuvre et l’application ont été déléguées -du Consulat jusqu’en 1946- à l’autorité municipale.

Au cours du XIXe siècle la plupart des maires adoptent des logiques réglementaristes communes sur l’ensemble du territoire, il s’agit de l’ « âge d’or » des maisons de tolérance. A la fin du XIXe siècle, le nombre de maisons décline en raison, notamment, de l’extension de la prostitution clandestine qui s’exerce dans les bars à femmes, de nouvelles conduites prostitutionnelles et de la critique abolitionniste contre la prostitution réglementée. Après la Première Guerre mondiale, les maisons de tolérance semblent trouver un nouveau souffle sur l’ensemble du territoire,  du fait de l’afflux d’hommes dans les zones à reconstruire ou dans les zones militarisées. Le Nord-Pas-de-Calais fait figure de bastion du réglementarisme. Dans le département du Nord, en 1921, Dunkerque est, après Paris, la deuxième ville par le nombre de maisons closes. Dans le Pas-de-Calais, le recours à de la main d’œuvre étrangère dans les usines et les mines explique la réorganisation et la multiplication des maisons de tolérance.

Au niveau national, face aux critiques abolitionnistes et aux positions du Comité de la traite des femmes et des enfants de la Société des Nations, une remise en question du réglementarisme se dégage et une tendance prohibitionniste semble poindre. Les projets et propositions de loi, soit abolitionnistes, soit réglementaristes, tentent d’instaurer le délit de contamination, le délit de racolage et des mesures sanitaires coercitives, sans prévoir toutefois le délit de prostitution des femmes majeures consentantes. Ne parvenant pas à se positionner entre abolitionnisme et réglementarisme, le législateur reste silencieux. Les circulaires ministérielles sont également ambivalentes car certaines créent des standards afin que les règlements municipaux puissent parer les critiques abolitionnistes et d’autres interdisent l’ouverture de nouvelles maisons.

  • Date de réalisation : 19 Novembre 2014
    Durée du programme : 25 min
    Classification Dewey : Prostitution féminine, Réglementation de la conduite personnelle (administration de la censure, contrôle des mœurs et de la morale sexuelles, de la prostitution, de l’alcool, des drogues, jeux d’argent)
  • Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Histoire Moderne et Contemporaine : FranceHistoire du droit
    Collections : La prostitution urbaine en Europe du Moyen Age à nos jours
    ficheLom : Voir la fiche LOM

Hélène Duffuler-Vialle est attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) et doctorante en Histoire du droit au sein du Centre d’Histoire Judiciaire à l’université Lille 2 (France). Elle prépare une thèque portant sur sur La prostitution dans le Nord dans l’entre-deux-guerres. Par ailleurs, elle est présidente de l’Association régionale des jeunes chercheurs de Lille-Nord de France (ARJC) et, depuis octobre 2012, de la Confédération des jeunes chercheurs (CJC).

Pour en savoir plus sur canal-u.tv/


Vous aimerez aussi...