Si les bordels m’étaient conté….(Hélène Duffuler-Vialle)

Archive presse – Pendant la première moitié du XXe siècle, le contrôle de la prostitution permettait de « protéger » les hommes face à des femmes jugées « dangereuses ». Alors que treize personnes comparaissent dans l’affaire du Carlton pour proxénétisme aggravé, un petit retour en arrière nous éclaire sur ce système de privilèges masculins.

Un « égout séminal » : telle est la douce image poétique que certains esprits ont pu accoler aux bordels. C’est qu’hier (…comme aujourd’hui), les instincts sexuels masculins étaient jugés irrésistibles. Conçue comme un « mal nécessaire » par les pouvoirs publics, la prostitution faisait même l’objet de règlements municipaux. Pendant l’entre-deux-guerres particulièrement, ce « réglementarisme » poursuivra un double objectif, moral et sanitaire. D’abord, rendre la prostitution invisible, afin de préserver la décence des rues. Ensuite, prévenir la « race » des « périls » qui la menacent – on parle, à propos des maladies vénériennes, du risque de « syphilisation de la civilisation »

Pour en savoir plus lire le billet publié par HÉLÈNE DUFFULER-VIALLE le 5 mars 2015  sur le site du Journal local de critique sociale La brique.

Hélène Duffuler-Vialle est attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) et doctorante en Histoire du droit au sein du Centre d’Histoire Judiciaire à l’université Lille 2 (France). Elle prépare une thèque portant sur sur La prostitution dans le Nord dans l’entre-deux-guerres. Par ailleurs, elle est présidente de l’Association régionale des jeunes chercheurs de Lille-Nord de France (ARJC) et, depuis octobre 2012, de la Confédération des jeunes chercheurs (CJC).

 


Vous aimerez aussi...