Appel à communications Colloque La Ligue des Droits de l’homme depuis la Seconde Guerre mondiale

Colloque

La Ligue des Droits de l’homme depuis la Seconde Guerre mondiale

Penser et agir pour les droits de l’homme

Colloque international organisé par la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) avec le soutien du Labex Les passés dans le présent

Appel à communications

En 2018, la Ligue des droits de l’homme commémorera le 120e anniversaire de sa création. La BDIC, qui conserve les archives de la Ligue, organise à cette occasion un colloque international pluridisciplinaire sur l’histoire de la LDH et des droits de l’homme entre la Seconde Guerre mondiale et le tournant des années 2000.

Cette initiative a d’abord pour but de susciter des recherches sur l’histoire de l’association à partir de l’exploration de ses archives postérieures à 1945, récemment versées. Plus largement elle vise aussi à aborder la question de la défense des droits de l’homme au cours du second XXe siècle, dans un paysage politique différent de celui de la IIIe République, marqué par un renouvellement des acteurs associatifs et l’émergence de nouveaux enjeux.

La BDIC conserve depuis 2000 les archives de la LDH « revenues de Moscou », qui couvrent les premières décennies d’existence de l’association entre 1898 et 1940. Leur inventaire est consultable en ligne sur Calame, le catalogue des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur (http://www.calames.abes.fr/plus/doc/920509801/FileId-928.pdf). Celui des archives postérieures de la période 1945-2000 est en cours de finalisation ; ces nouveaux fonds seront bientôt ouverts à la recherche.

Ce riche ensemble de sources — complété par les collections de publications de la Ligue —doit permettre de faire l’histoire d’une association dont l’évolution et les activités depuis la Seconde Guerre mondiale restent mal connues, en dépit de quelques travaux pionniers. Celle-ci viendra enrichir les problématiques actuelles de l’historiographie des droits de l’homme, et contribuera à mettre en perspective un certain nombre de débats qui traversent aujourd’hui la société.

Les propositions de communication pourront porter sur un ou plusieurs des axes suivants :

  • Histoire des structures et des espaces d’action de la LDH:
  • structures internes et rapports entre instances nationales, fédérations et sections locales
  • liens entre la Ligue et d’autres militants des droits de l’homme dans différents pays
  • rapports avec la FIDH, Fédération internationale des ligues des droits de l’homme
  • Réseaux et formes de mobilisations, collectives et individuelles:
  • trajectoires politiques notamment des présidents (Paul Langevin, Justin Sicard de Plauzoles, Émile Kahn, Daniel Mayer, Henri Noguères, etc.) et des secrétaires généraux successifs, ou de diverses personnalités (René Cassin, etc.)
  • itinéraires des militants à différents niveaux de l’association
  • liens avec d’autres organisations engagées pour les droits de l’homme, en France ou à l’échelle internationale
  • rapports avec les partis politiques et les forces syndicales
  • relations avec la profession des avocats (procès Touvier, Papon, Barbie)
  • Évolution des causes pour lesquelles la LDH s’engage:
  • contre la peine de mort
  • contre les législations d’exception
  • pour la liberté de la presse, de l’audiovisuel et d’opinion
  • pour la décolonisation
  • au sujet de l’immigration et en défense des droits des étrangers
  • droit au logement
  • contre le racisme
  • pour les libertés dans l’armée (Comité droits et libertés dans l’institution militaire)
  • pour les droits des femmes

Dans ces trois axes, les communications pourront librement interroger et croiser l’histoire de l’association et celles de trajectoires individuelles ou des mutations d’autres structures. Il sera intéressant, aussi, d’envisager les discours qu’elle développe au fil du temps sur les « droits de l’homme », et comment ceux-ci se traduisent en termes d’engagement, de pratiques et de représentations.

Cet appel s’adresse aux chercheurs de toutes disciplines : historiens, politistes, sociologues, juristes, philosophes, etc.

Il leur sera demandé mobiliser les fonds de la LDH conservés à la BDIC.

Les archives de la LDH postérieures à 1945 sont celles des instances nationales. Elles rendent compte du fonctionnement et de l’organisation interne de la Ligue : activités des présidences, du secrétariat général, du comité central, des commissions et des divers groupes de travail ; congrès nationaux annuels ; relations avec les sections et différentes instances locales. Les activités du service juridique, l’un des pôles structurants de la Ligue depuis son origine, y sont aussi bien documentées. Le fonds permet également d’analyser les campagnes organisées par la Ligue en partenariat parfois avec d’autres associations, et la place qu’elle occupe à l’intersection des sociétés civiles et politiques françaises et internationales. Les archives comprennent aussi des dossiers sur divers grands événements auxquels l’association a été liée, comme la célébration du bicentenaire de la Révolution française, ou celle de son propre centenaire, en 1998. Si les archives antérieures aux années 1970 sont lacunaires, les divers périodiques édités par la LDH, qui seront disponibles sous forme numérisée, peuvent contribuer à combler les manques.

Le colloque donnera lieu à une publication.

Cette manifestation est organisée en lien avec d’autres institutions (Archives nationales, les archives d’histoire contemporaine de Sciences Po, association Génériques, Musée de l’Histoire Vivante de Montreuil, INA et Musée national d’histoire de l’immigration), ainsi qu’avec des partenaires étrangers travaillant sur des associations équivalentes (notamment à l’Université de Vienne).

Lieu prévu : Université Paris Nanterre

Date prévue : les 11 et 12 décembre 2018

Réponses avec court CV et résumé de la proposition en 3 000 signes (espaces compris) à envoyer pour le 31 janvier 2018 à anne.joly@bdic.fr et franck.veyron@bdic.fr.

Comité d’organisation

Dominique Guibert (LDH), Emmanuel Naquet (Sciences Po Paris, CHSP), Gilles Manceron (Groupe de travail « Mémoires, histoire, archives de la LDH »), Valérie Tesnière (BDIC)

Comité scientifique

Pierre Boichu (Archives départementales de Seine-Saint-Denis)

Gilles Candar (Société d’études Jaurésiennes)

Sophie Coeuré (Université Paris Diderot, Laboratoire Identités, Cultures, Territoires)

Stéphanie Hennette-Vauchez (Université Paris Nanterre, CREDOF)

Liora Israël (EHESS, Centre Maurice Halbwachs)  

Dzovinar Kevonian (Université Paris Nanterre, ISP)

Eric Lafon (Musée de l’Histoire vivante, Montreuil)

Danièle Lochak (Université Paris Nanterre)

Gilles Morin (CNRS, CHS)

Emmanuel Naquet (Sciences Po Paris, CHSP)

Claude Pennetier (CNRS, CHS)

Bernard Pudal (Université Paris Nanterre, Laboratoire Cultures et sociétés urbaines)

Judith Revel (Université Paris Nanterre, Laboratoire Sophiapol)

Wolfgang Schmale (Université de Vienne, Autriche)

Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, IDHES)

Serge Slama (Université de Grenoble)

Danielle Tartakowsky (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis )

Sylvie Thénault (CNRS, CHS)

Catherine Wihtol de Wenden (Sciences Po Paris, CERI)

Contact : Anne Joly (anne.joly@bdic.fr) et Franck Veyron (franck.veyron@bdic.fr).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *