Le cannibale de l’asile de Cadillac

Le 12 juillet 2016 a été inaugurée dans l’enceinte géographique de l’hôpital, la huitième UHSA de France (Unité hospitalière spécialement aménagée, de France) réservée aux patients détenus (hommes, femmes, mineurs) pris en charge par l’administration pénitentiaire dont les admissions se font avec ou sans le consentement des patients. Ces derniers présentant des pathologies psychiatriques à prendre en charge médicalement, qui n’ont pas de profil de dangerosité, contrairement aux patients accueillis à l’UMD (Unité des Malades Difficiles) contigüe.

… « Carlo N…est entré à l’Asile de Cadillac au début de l’année 1855 et y séjourne encore. A l’époque de son admission il avait 27 ans et aujourd’hui il en a 58. J’ai pu reconstituer la partie ancienne de ses observations en m’aidant des notes mensuelles que tout malade interné dans un Asile possède sur un registre officiel, des lettres enfermées dans sa table de nuit et en posant des questions aux personnes qui l’ont observé au cours des premiers temps de son séjour ou qui ont connu sa famille. Carlo N… n’aurait pas d’antécédents héréditaires. Il est bien constitué et ne présente aucun signe de dégénérescence psychique. Il a reçu une certaine instruction et une bonne éducation. Il connaît deux langues étrangères, l’anglais et l’espagnol. Il a commencé à travailler pendant des années dans une maison de commerce. Au Mexique, il tomba gravement malade (selon lui à cause d’une insolation). Suite à des problèmes dans le travail, il est revenu dans sa famille à Bordeaux, en France. Alors il a commencé à montrer des signes d’aliénation mentale et après un court séjour à Bordeaux, il a été admis à l’Asile de Cadillac. Il croyait que tout le monde le haïssait, le tourmentait, le frustrait et l’empêchait de réussir. Il accusait son frère d’être son principal persécuteur. Parfois, il s’exaltait et devenait agressif. Il n’était pas capable de travailler régulièrement. Sur le certificat d’entrée il est écrit : « Surexcitation cérébrale, hallucination, personnalité dangereuse ». Après un court séjour à l’Asile, il se calme, ne se plaint plus de son frère, devient presqu’indifférent à sa situation. Il montre au contraire des prétentions exagérées, et se croie capable d’accomplir toutes les fonctions possibles. Il passe des journées à ne rien faire. En l’observant en cachette, on remarque qu’il fait des gestes bizarres et prononce des phrases incompréhensibles. Dans les notes de l’époque, on lit : » Manie chronique peu intense et partielle, sans exaltation. Des monologues parfois ». Cet état persiste sans grands changements jusqu’en 1862. Carlo N…était tranquille et intelligent et on lui laissait une liberté relative. Ils finirent par l’occuper à étudier où il s’occupait très bien de la tâche s’on lui confiait. Il se contentait de délirer en privé et ne parlait jamais à personne de ses hallucinations ou de ses idées…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 26 janvier 2017 sur le site des Cahiers-entre-deux-mers.


Vous aimerez aussi...