Force publique, régulation sociale, sécurité intérieure et Défense XIXe-XXe siècles

Université Paris IV-Sorbonne – séminaire de recherche

Professeur Jean-Noël Luc – jnoel.luc@gmail.com

Maison de la Recherche – 28 rue Serpente – salle D 040 (RDC) – 17h-19h

Ce séminaire a d’abord été consacré à la seule histoire, longtemps négligée, de la gendarmerie, considérée comme un corps militaire particulier, une composante d’un système policier en interaction avec son environnement, un groupe social engagé dans un processus de professionnalisation, un réseau de représentations et l’archétype d’autres forces publiques organisées, depuis deux siècles, dans une quarantaine de pays.

Faire l’histoire des gendarmes offre la possibilité d’étudier le fonctionnement de l’État sous un angle nouveau et de mieux comprendre comment s’inventent une militarité articulée sur la culture de service public, une police de proximité, un art de l’enquête, une technique du maintien de l’ordre et des participations originales aux opérations militaires et aux dispositifs de Défense. L’observatoire est irremplaçable, puisque, jusqu’à l’étatisation des polices municipales en 1941, la gendarmerie constitue dans les faits la seule « police nationale », si l’on considère que ce terme désigne une force publique de l’État présente sur tout le territoire

 

Les progrès réalisés dans la recherche sur l’histoire de cette institution, comme la fécondité de la notion de système policier, ont conduit à élargir les travaux et les conférences à l’ensemble des forces de l’ordre, civiles ou militaires, publiques ou privées, professionnelles ou informelles. On espère ainsi contribuer au décloisonnement de l’histoire de la gendarmerie comme de celle des polices civiles et à une meilleure compréhension du fonctionnement, des acteurs, des pratiques et des enjeux de la sécurité publique.

 

Premières séances thématiques après les séances méthodologiques

 

15 novembre – Transgresser ou défendre l’ordre public : Éventail des motivations individuelles et mécanismes sociaux de l’engagement

« Brigands » et « anti-brigands » dans le sud du nouveau royaume d’Italie au cours des années 1860 (Pierre-Yves Manchon, ATER et docteur en histoire, Université de Provence)

 

6 décembre – Retrouver l’homme sous l’uniforme

« Nous entrerons dans la carrière…» : les états d’âme des jeunes gendarmes au XIXe siècle (Arnaud-Dominique Houte, maître de conférences en histoire, Université Paris-Sorbonne)

 

13 décembre – Le modèle gendarmique à l’épreuve de la décolonisation

L’expérience de la gendarmerie nationale vietnamienne, 1951-1956 (Jacques Bury, Université Paris-Sorbonne)

 

3 janvier – Civiles ou militaires ? La pluralité des institutions policières

La police militaire au Brésil, de 1809 à l’établissement de la République en 1889 (Marcos Luiz Bretas, professeur d’Histoire, Université fédérale de Rio de Janeiro)

 

Le programme des séances suivantes sera communiqué ultérieurement