Les professionnel(le)s de la justice des enfants, XIXe-XXe siècles

 

Les professionnel(le)s de la justice des enfantsLieu : Centre d’exposition “Enfants en justice”

Ferme de Champagne, rue des Palombes,

91600 Savigny-sur-Orge

Date : Du 14 décembre 2011 au 30 avril 2012

 

Présentation de l’exposition

Cette exposition a été conçue sous l’égide de l’ENPJJ (École nationale de la protection judiciaire de la jeunesse), du Centre d’exposition, du CESDIP (Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales), de l’AH-PJM (Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs) et de la DIRPJJ (Direction inter-régionale d’Île-de-France et d’Outre-mer de la Protection judiciaire de la jeunesse). Les territoires professionnels sont au centre de la scénographie.

Partant de l’idée de questionner les identités professionnelles, l’élaboration de l’exposition s’est construite autour de leurs espaces.

L’exposition présentera pendant quatre mois : décors, films, photographies, costumes, caricatures, attributs de ces professionnels, de leurs évolutions et de leurs territoires. La mise en scène élaborée doit permettre au visiteur d’appréhender un ensemble de métiers et les problématiques qui y sont liées, de la répression à la prévention et la protection.

Des thèmes récurrents résonnent entre les murs du domicile où se rend l’assistante sociale ou du tribunal où est jugé le jeune. De la même manière, l’histoire des sciences du psychisme est représentée autour de l’enfant désigné comme “dépressif”, “violent”, “paranoïaque” ou “débile”. Des marionnettes et photographies incarneront les professionnels dans leurs espaces pour comprendre les évolutions et l’histoire de ces métiers.

Sept espaces topographiques ont été retenus : la Rue, le Domicile,  le Tribunal, la Clinique, la Prison, l’Internat, et enfin un retour dans la Rue pour incarner la rupture des années 1970.

La Rue.

Elle présente l’environnement premier dans lequel évoluent les enfants et les professionnels. Elle est souvent le point de départ de la prise en charge des jeunes. Les professionnels policiers et éducateurs justement appelés “de rue”, assistantes sociales ou prêtres ouvriers arpentent ses trottoirs pour aller à la rencontre de l’enfance irrégulière. La figure professionnelle principale de la rue est le policier ; il surveille, il contrôle et il arrête. À certaines périodes, il est un partenaire de l’éducateur de prévention.

Les visiteurs arpenteront une rue des années 1860 aux années 1970. Ils  découvriront la place prise dans cet espace par les professionnels de la justice des enfants.

Le Domicile.

Cadre intime et familial par excellence, le domicile ouvre parfois ses portes aux professionnels de justice et essentiellement aux assistantes sociales. Depuis le début du XIXe siècle, elle est la première professionnelle à évaluer les compétences éducatives des familles. Elle visite, note, observe et rédige des rapports afin que les instances judiciaires décident du sort des enfants.

Entre contrôle et assistance, son rôle et son image ont évolué à travers ces dernières années. Film et documents permettront, dans l’espace d’une chambre reconstituée, de réfléchir à l’histoire d’un métier en première ligne de la prise en charge de l’enfant de justice.

Le Tribunal.

L’enfance irrégulière est jugée au tribunal. Cet espace solennel a beaucoup évolué de la majestueuse salle d’audience avec son juge unique au cabinet intime du juge des enfants des années 1950. Dans ces lieux, les magistrats instruisent, écoutent, punissent et éduquent. À travers l’évolution des tribunaux il est possible de retracer les différents regards posés sur l’enfant en justice. Portraits des illustres ancêtres, décorum reconstitué et dossiers individuels des jeunes suivis permettront aux visiteurs de se plonger dans l’univers judiciaire.

La Clinique.

Autre lieu de prise en charge, la clinique intervient auprès de l’enfant en justice depuis la fin du XIXe siècle. Professionnel prestigieux, le médecin ausculte, mesure, expertise et pronostique dans son cabinet les comportements de l’enfance irrégulière. L’histoire de la pédopsychiatrie est ici retracée entre discours et pratiques. La présentation des archives du docteur Georges Heuyer, fondateur de la pédopsychiatrie, permettront au visiteur de prendre conscience des évolutions de la prise en charge médicale de l’enfant en justice, de l’hérédité criminelle à la psychanalyse.

La Prison.

Elle a toujours existé dans l’arsenal institutionnel de la justice des enfants du XIXe au XXe siècle. Des quartiers de mineurs à la prison spécifique, l’enfermement du jeune est reconstitué pour permettre au visiteur d’interroger l’histoire des établissements pénitentiaires pour mineurs. Dans l’univers carcéral, les surveillants apparaissent comme premières figures aux côtés des personnels de probation, des éducateurs, des assistantes sociales et des instituteurs. Les surveillants surveillent, inspectent, fouillent et font respecter sécurité et discipline. Outils et documents photographiques témoignent de l’évolution de ces professionnels.

L’Internat.

Le XIXe siècle développe une stratégie éducative pour sortir les enfants des prisons d’adultes. Espace fermé au XIXe siècle, l’internat devient centre ouvert dans le courant du XXe siècle. Il est le lieu où est pris en charge le mineur d’abord au titre de mineur que l’on doit “redresser” puis en tant que jeune à éduquer. Le professionnel qui évolue entre ses murs est l’éducateur, entouré des instituteurs, cuisiniers, veilleurs de nuit, soeurs et directeurs. Ils encadrent et éduquent le jeune. Le visiteur découvrira les professionnels qui accompagnent le jeune dans le quotidien rythmé de l’internat et les évolutions de ces professions des années 1850 jusqu’aux années 1950.

La Rupture.

Une septième et dernière section est présentée  au terme du parcours. Le visiteur retourne dans la rue, mais cette fois il est pris au coeur d’un mouvement de contestation des professionnels de la justice des enfants. C’est la rupture des années 1970 et le maître mot en est la fin du contrôle social. Il s’agit d’une critique radicale des institutions de la Justice des enfants, de la Prison, de l’Asile. Des professionnels éducateurs, assistantes sociales prennent la parole, et donnent la parole aux usagers. Le visiteur est associé à la manifestation de colère de ces professionnels. Il est témoin des cris et des idées qui surgissent de la foule.

Consulter le dossier de presse complet (PDF)



Citer ce billet
Marc Renneville (2011, 14 novembre). Les professionnel(le)s de la justice des enfants, XIXe-XXe siècles. Criminocorpus. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd16

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search