Figures de faux-monnayeurs du Moyen Âge à nos jours

Le faux-monnayage implique tous les particuliers qui abusent de la monnaie : fabricateurs, distributeurs, rogneurs, billonneurs, voire le prince contrefacteur. En fait, toute autorité dont la détention du jus monetae est considérée comme usurpée, ou dont l’usage est stigmatisé comme illégal et contraire à l’intérêt général, relève des problématiques du faux-monnayage. Le faux, parce qu’il nécessite la construction de cette qualification, ne saurait se réduire à la seule évaluation des métaux précieux qu’il contient. Du Moyen Âge à l’époque contemporaine, si l’invention du faux en matière monétaire résulte de l’activité des contrefacteurs, elle dépend également de la réception des fausses pièces par les collectivités humaines. Il s’ensuit divergences d’appréciations de la valeur et conflits politiques. Mais ce sont d’abord les tribunaux qui produisent un premier portrait du faux-monnayeur et qui le font évoluer. Les travaux réunis ici permettent d’approcher la figure du faux-monnayeur – principalement en France et en Espagne – et sa construction de la fin du Moyen Âge au XXe siècle. Ces études de cas – qui sont autant de figures différentes de faux-monnayeurs – nous laissent entrevoir les transformations que suscitent le regard de l’institution judiciaire et celui de la société sur les enjeux représentés par la criminalité monétaire et le faux-monnayage…

Lire la suite de cet article de Olivier Caporossi sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...