La politique des otages sous l’Occupation  (Paul Boulland)

“Au camp des martyrs […] 1, Ténine ; 2. Michels; 3, Granet ; 4, Auffret ; 5, guy Moquet ; 6, Pourchase” – L’Humanité 22 octobre 1944 – Source RetroNews BnF

DANS LA FRANCE DE VICHY, LES ANNONCES D’EXÉCUTIONS SE SUCCÈDENT DANS LA PRESSE. L’HISTORIEN PAUL BOULLAND RETRACE LA MISE EN ŒUVRE PAR L’OCCUPANT ALLEMAND D’UNE “POLITIQUE DES OTAGES”.
Le 23 octobre 1941, partout en France, les quotidiens publient une liste de 48 otages fusillés par les autorités d’occupation allemandes.

Ces exécutions correspondent à une accélération dramatique de la répression menée par l’occupant allemand et plus spécifiquement à la mise en œuvre de la « politique des otages » [Sur le sujet, voir l’article de Dominique Tantin]. Au cours de l’été 1941, après l’entrée en guerre de l’Allemagne contre l’Union soviétique, le général Otto Von Stülpnagel, à la tête du Militärbefelshaber in Frankreich (MBF), décrète que toute activité communiste pourra être punie de la peine de mort. Le 21 août 1941, Pierre Georges, le futur colonel Fabien (Voir sa biographie dans le Maitron ) abat l’aspirant Moser au métro Barbès. Les autorités allemandes décident alors qu’« en cas de nouvel acte, un nombre d’otages correspondant à la gravité de l’acte commis, sera fusillé ». Depuis Berlin, les instructions d’Hitler, relayées par le maréchal Keitel, considèrent que « l’effet de terreur doit être accru par la méthode d’exécution » et envisagent « la peine de mort pour 50 à 100 communistes comme le châtiment convenable pour la mort d’un soldat allemand ». Ainsi, en France, le « Code des otages » prévoit que, faute de pouvoir arrêter les coupables, l’occupant décidera de représailles massives, en priorité contre les communistes et les Juifs, considérés comme « idéologiquement coupables »…

Paul BOULLAND est docteur en histoire, chercheur au CNRS, spécialiste de l’histoire sociale contemporaine. Depuis plusieurs années, il dirige avec Claude Pennetier le Maitron, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et mouvement social…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Paul Boulland le 23 octobre 2017 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...