Le photographe de Mauthausen ou l’incroyable histoire des photos des crimes nazis

L’histoire extraordinaire de Francisco Boix était restée dans les limbes de l’Histoire et n’était connue que des quelques historiens spécialistes des camps de concentration. Salva Rubio et Pedro J. Colombo réalisent avec Le Photographe de Mauthausen un album bouleversant qui le remet en lumière ainsi que le calvaire de ses camarades espagnols républicains persécutés par Franco et les nazis.

L’Histoire des camps de concentration nazis fait régulièrement resurgir des histoires improbables mais vraies. Celle de Francisco Boix en fait incontestablement partie. Ce jeune républicain fuit l’Espagne franquiste en 1939 et s’engage dans l’armée française après un passage en camp de rétention. Capturé par les Allemands, il ne prend pas le chemin du Stalag (où sont retenus les soldats français) mais celui de Mauthausen. Comme Dachau, ce camp n’est pas un camp d’extermination mais de concentration et de travail, ce qui ne signifie nullement que les conditions de vie soient acceptables. Au contraire, les prisonniers sont soumis à la sous-nutrition, aux coups, à la cruauté permanente, aux expérimentations médicales barbares, à l’entassement dans des baraquements de fortune, aux maladies et au travail harassant. La mortalité est élevée tant les organismes sont affaiblis et les sévices fréquents et sans limites. Le récit de la vie quotidienne dans ce camp est très similaire au récit fait dans Ma Guerre (Tiburce Oger et Guy Pierre Gautier – Rue de Sèvres) sur la vie des déportés à Dachau. Survivre dans cet enfer tient du miracle ou de la chance…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  STÉPHANE DUBREIL sur le site de Cases d’histoire

Stéphane Dubreil : historien de formation. Iconographe pour le magazine Science et vie/Guerres et histoire depuis la création du magazine. Il y tient une chronique sur la bande dessinée et la guerre. Membre de l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée (ACBD).

Le photographe de Mauthausen. Salva Rubio (scénario). Pedro J. Colombo (dessins). Aintzane Landa Chillon (couleurs). Le Lombard. 168 pages. 19,99 € Le Lombard. 168 pages. 19,99 €


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *