Un « régicide républicain » : Paul Doumer, le président assassiné (6 mai 1932)

En 1932, Suzanne Deutsch de la Meurthe, descendante d’un passionné d’aviation, fait don à l’État de l’usufruit du domaine de Boulains en Seine-et-Marne. Une maison de convalescence y est installée pour le personnel de l’armée de l’Air et de l’aviation civile. Le château est situé à 70 km de Paris. Lui-même passionné d’aviation, le président Doumer, élu le 13 mai 1931 contre Aristide Briand, tient à inaugurer en personne la « maison des Ailes » le 2 avril 1932. Léon Noël, alors directeur de la Sûreté générale et secrétaire général du ministère de l’Intérieur, l’accompagne dans ce déplacement. Pendant le trajet, le président s’étonne des mesures d’ordre. Elles lui semblent excessives et superflues. Noël invoque la nécessité d’éviter aux carrefours tout obstacle susceptible de compromettre une exactitude à laquelle Paul Doumer est particulièrement attaché. Après un instant de silence et de méditation, le président répond doucement à Noël : « à mon âge, ce serait une belle fin de mourir assassiné ».

Quelques semaines plus tard, à la fin du mois d’avril 1932, Édouard Julia, le collaborateur et l’ami de sa vie, qu’il a connu en Indochine, fait observer au président que s’exposer dans des foules mêlées représente un danger. Doumer récidive. Il répond à son ami de trente ans, ébahi : « que voulez-vous ? À mon âge, s’il m’est donné de tomber pour le pays, qu’espérer de mieux ? ». Pensée sincère et conception stoïque, débarrassées de toute emphase lyrique. Dans sa tenue morale, Paul Doumer intègre le sacrifice. Non pas de renoncement ou d’effacement mais de défi et de dédain. « Pour bien vivre », répète souvent le président à son ami, « il faut toujours être prêt à bien mourir »…

Lire la suite de cet article de Amaury Lorin sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...