Gueules noires sous haute surveillance

DOCUMENTAIRE « QUI SOMMES-NOUS ? » Sous l’oeil des houillères Lundi 6 novembre 2017, après le Grand Soir 3

Le garde, c’était « les yeux et les oreilles de la mine ». Des personnages centraux du coron, mais dont le rôle ambigu a été, paradoxalement, très peu mis au jour. Eux consignaient toutes leurs activités. Grâce à ces archives, le documentaire « Sous l’œil des Houillères » propose un décryptage inédit du système de surveillance du bassin, le SSB.

De 1949 à 1992, un système policier privé a régné au cœur des Houillères du Bassin du Nord-Pas-de-Calais (HBNPC). Son nom de code : le SSB, acronyme de Service de Surveillance du Bassin. L’œil – et les oreilles – des Houillères, c’était lui et ses trois cents hommes qui savaient tout, sur tout le monde et en toutes circonstances.

Comment une entreprise d’Etat a-t-elle pu développer un tel système, en plein cœur des trente glorieuses et jusqu’à une période très récente, sans que cela suscite ni protestation ni révolte chez les mineurs ?

Pour remonter le fil de cet étrange système jamais documenté jusqu’alors, Marion Fontaine (historienne spécialiste des mondes ouvriers et miniers) et Richard Berthollet (réalisateur) ont plongé dans les archives du Centre Historique Minier de Lewarde (dans le Nord) : livres d’effectifs des gardes, « memento » détaillant les missions et le mode de fonctionnement du service, procès-verbaux de surveillances syndicales et politiques, synthèses de renseignements transmis à la direction… Ces documents inédits permettent aux deux auteurs d’esquisser, loin de l’image d’Épinal des gueules noires, une contre-histoire du monde minier, plus ambiguë, moins idéalisée. Ce regard ­neuf sur un vieux mythe pose des questions très contemporaines en terme de gestion des mouvements sociaux, de terrorisme, de base de données et de surveillance des populations.

            Bienvenue dans la mémoire secrète des Houillères nationalisées. 

HDF Docu Sous l’oeil des houillères | FranceTV Pro – Pressrooms du …

Qui étaient les gardes des mines ? Un documentaire inédit leur est …

Teaser du documentaire “Sous l’oeil des Houillères” on Vimeo

 

 

MARION FONTAINE : Maître de conférences
UFR-ip Sciences Humaines et Sociales
UMR 8562 CENTRE NORBERT ELIAS
Département Histoire

Ouvriers, industrie, désindustrialisation : qu’y-a-t-il derrière ces termes, et quels héritages laissen-t-ils aujourd’hui ? L’historienne Marion Fontaine, maître de conférences à l’Université d’Avignon, a fait de cette question l’un de ses principaux thèmes de recherche. En août 2016, Marion Fontaine a été nommée membre junior de l’Institut Universitaire de France. C’est la reconnaissance, par ses pairs, d’un engagement, d’une expertise, d’un regard innovant sur le monde ouvrier au XXe siècle, ses relations avec les acteurs politiques et les partenaires sociaux au cours de l’époque contemporaine, comme sur les enjeux culturels et symboliques qu’il recouvre.

Marion Fontaine est née en 1978. Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (Sciences-Po) et agrégée d’histoire, elle a soutenu sa thèse de doctorat à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Depuis 2010, elle occupe le poste de maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université d’Avignon et de chercheuse au sein de l’Equipe HEMOC du Centre Norbert Elias. Directrice des Cahiers Jaurès, elle a récemment publié Fin d’un monde ouvrier. Liévin 74 (Editions de l’EHESS, 2014). Elle a par ailleurs codirigé avec Frédéric Monier Une contre-histoire de la Troisième République (La Découverte, 2013).

Publications Publications de Marion FONTAINE

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *