La dépossession (Rachid Boudjedra)

Parution du livre le 11 octobre 2017 – Dans l’Algérie des années cinquante encore meurtrie par les purges antisémites, la guerre d’indépendance plonge le pays dans la violence et le sang. Témoin de ce naufrage, le narrateur revient sur son enfance entre Alger et Constantine, où les troupes françaises paradent et tuent.

Miné par une obésité boulimique, surplombé par un père complexe, le jeune adolescent écume les rues avec son copain d’enfance et finit par trouver l’amour auprès d’une fille de riche colon en rupture de ban. Mais c’est en se ressourçant à deux tableaux accrochés dans le cabinet d’expert-comptable de son oncle qu’il trouve une certaine sérénité. L’un est signé du plus grand peintre de l’âge d’or musulman, Al Wacity  ; l’autre d’Albert Marquet, magistral impressionniste, ami de Matisse  installé en Algérie en 1927.

À travers ces deux toiles qui résument la mémoire du Maghreb, ce roman de couleurs, de bruit et de fureur charrie l’histoire du xxe  siècle. L’usurpation, par un petit bureaucrate corrompu, de l’atelier et de l’œuvre de Marquet légués à l’Algérie, métaphorise la dépossession du pays lui-même. Lire un extrait

Rachid Boudjedra est né le 5 septembre 1941 à Aïn-Beida (Algérie). Il a enseigné la philosophie et les mathématiques jusqu’en 1972. Depuis, il se consacre à la littérature et à l’écriture de scénarios. Il vit à Alger. Il est l’auteur de nombreux romans dont  La Vie à l’endroit ( Grasset, 1997) et Les Figuiers de Barbarie ( Grasset, 2010) pour lequel il a reçu le prix du Roman arabe

Editions Grasset

Europe 1 Social Club – Publications | 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *