Les techniques d’identification inédites mobilisées par Edmond Locard : le graphoscope, le hastoscope et le synchrisiscope (Amos Frappa)

Photographie du graphoscope publiée en 1929 dans la Revue internationale de criminalistique

Résumé de l’article : Dans l’entre-deux-guerres, les hommes du laboratoire de police lyonnais mettent au point une série de microscopes afin de lutter plus efficacement contre le crime. Graphoscope, hastoscope et synchrisiscope sont ainsi élaborés durant cette période considérée comme l’âge d’or de la structure qui avait été créée par Edmond Locard en 1910. L’existence de financements spéciaux, le dynamisme du milieu industriel local, la grande créativité des stagiaires ou encore l’esprit de compétition animant l’ensemble des laboratoires de police français constituent autant d’éléments expliquant l’enchaînement de ces inventions.

Ne s’agit-il pas d’ailleurs de simples perfectionnements ? La question mérite d’être posée pour chacun des trois appareils. Il ne s’agit finalement que d’anciens microscopes auxquels des améliorations ont été apportées. Le graphoscope de Locard, permettant l’expertise des documents écrits, s’inscrit dans des recherches menées depuis plusieurs années déjà en Europe. L’hastoscope et le synchrisicope, élaborés par deux stagiaires étrangers à savoir Harry Söderman et William Stirling, sont quant à eux héritiers du premier microscope comparateur imaginé en Russie à la fin du XIXe siècle.

La diffusion de ces instruments hors du laboratoire permet néanmoins de les qualifier d’innovations. Elle s’appuie sur une stratégie commerciale offensive et emprunte des voies multiples, que ce soit le bouche-à-oreille ou la presse. Graphoscope, hastoscope et synchrisiscope connaissent cependant des fortunes diverses dans la pratique même du laboratoire lyonnais. Le second connaît ainsi un usage bien marginal, tandis que les deux autres s’imposent progressivement dans les opérations du quotidien.

Lire l’article d’Amos Frappa sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *