Le lieutenant Camille Pierre, un passeur des innovations criminalistiques policières dans les pratiques judiciaires des gendarmes à la Belle Époque

À partir des années 1880, les nouveaux procédés d’identification développés par Alphonse Bertillon à la Préfecture de police de Paris représentent des moyens modernes et efficaces de police judiciaire face à une criminalité perçue comme irrésistible. Parmi ceux-ci, le signalement descriptif, ou « portrait parlé », est réputé permettre la reconnaissance infaillible d’un individu dont les traits du visage auraient été minutieusement décrits par cette technique particulière. Fait notable, sans doute inédit et sans équivalent alors, cette technique est enseignée aux divers acteurs de la police française – policiers de la Préfecture de police, de la Sûreté générale, mais aussi gendarmes et gardes républicains -. L’application de cette technique de signalement emprunte divers canaux de diffusion au sein de chaque institution, avec des résultats inégaux. Rompant avec les représentations communes, l’un des effets inattendus de l’apprentissage et de l’utilisation du « portrait parlé » est de favoriser le rapprochement entre policiers et gendarmes…

Notes de la rédaction

Intervention de Laurent López (12 décembre 2016) dans le cadre du séminaire GERN (CESDIP, Université de Vienne – Autriche – et Fondation de l’Université de Cergy-Pontoise) « Histoire des techniques d’identification, de contrôle et de surveillance des personnes (XIXe-début XXe siècle) organisé par Pierre Piazza et Peter Becker aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

Notes de l’auteur

Les idées exprimées par l’auteur dans cet article n’engagent pas la responsabilité du Service historique de la Défense et du ministère des armées.

Pour en savoir plus lire le billet publié par Laurent López sur le site de la revue  Criminocorpus.revues

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Laurent López est chargé de recherche et d’enseignement au Service historique de la Défense (Bureau Gendarmerie), docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au Centre d’Histoire du XIXe siècle (Universités Paris-I et Paris-IV) et au Centre d’études sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP/CNRS/UVSQ), chargé de cours à la Classe préparatoire intégrée de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale et aux Universités Paris – Panthéon-Assas et Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines.

Publications les plus récentes :

Crossing Frontiers to Chase Offenders: The Hardship of French and Belgian Police Collaboration at The Beginning of the 20th Century”in Jonas Campion and Xavier Rousseaux (eds.), Policing New Risks in Modern European History, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2016, p. 22-35.

« “Nous doter de vrais gendarmes de police”. Genèse, essor et adaptations de la gendarmerie luxembourgeoise (1839-1914) », dans Arnaud-Dominique Houte et Jean-Noël Luc (dir.), Les gendarmeries dans le monde (XIXe-XXIe siècles), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. Mondes contemporains, 2016, p. 109-120.

 « Sauver la France, défendre la République, protéger les citoyens : les forces de l’ordre et les injonctions sécuritaires de la Belle Époque », dans Lisa Bogani, Julien Boucher et Jean-Claude Caron (dir.), La citoyenneté républicaine à l’épreuve des peurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2016, p. 179-190.

 « D’une guerre à l’autre : l’entrée de la gendarmerie dans le XXe siècle policier », dans Jean-Noël Luc (dir.), Histoire des gendarmes de la maréchaussée à nos jours, Paris, Nouveau-Monde éd., coll. Histoire poche, 2016 (rééd. revue et augmentée de l’ouvrage paru chez Jacob-Duvernet en 2013), p. 109-126.

 « Terrorisme, banditisme, récidive… Genèse de la question d’une coopération policière européenne. France, Belgique, Luxembourg et Suisse, fin 19e – début 20esiècle », dans Jonas Campion (éd.), Organiser, innover, agir. Réformer et adapter les polices en Belgique (18e-21e siècles), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2017, p. 49-65.

Parmi une production d’une quarantaine d’articles et de contributions à des ouvrages collectifs, il a co-dirigé, avec Jean-Noël Luc, un numéro spécial de la revue Histoire, Économie & Société, intitulé Histoire de la force publique aux XIXeet XXe siècles, 2013/4.

Si l’histoire totale des forces de l’ordre doit s’intéresser également à leurs interrelations, peu d’auteurs ont adopté cette démarche sur une grande échelle en histoire contemporaine. Le doctorat de Laurent Lopez peut donc être considéré comme un travail pionnier : il analyse la coproduction de la force publique par les gendarmes et les policiers à la fin du XIXe siècle en ajoutant à une vaste enquête dans plusieurs dizaines de départements français des détours par la Belgique, le Luxembourg et la Suisse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *