Le lieutenant Camille Pierre, un passeur des innovations criminalistiques policières dans les pratiques judiciaires des gendarmes à la Belle Époque (Laurent López)

Exemple de représentation du fichier anthropométrique institué par Alphonse Bertillon publiée dans la presse.
Collection particulière de Pierre Piazza

Résumé de l’article : « À partir des années 1880, les nouveaux procédés d’identification développés par Alphonse Bertillon à la Préfecture de police de Paris représentent des moyens modernes et efficaces de police judiciaire face à une criminalité perçue comme irrésistible. Parmi ceux-ci, le signalement descriptif, ou « portrait parlé », est réputé permettre la reconnaissance infaillible d’un individu dont les traits du visage auraient été minutieusement décrits par cette technique particulière. Fait notable, sans doute inédit et sans équivalent alors, cette technique est enseignée aux divers acteurs de la police française – policiers de la Préfecture de police, de la Sûreté générale, mais aussi gendarmes et gardes républicains -. L’application de cette technique de signalement emprunte divers canaux de diffusion au sein de chaque institution, avec des résultats inégaux. Rompant avec les représentations communes, l’un des effets inattendus de l’apprentissage et de l’utilisation du « portrait parlé » est de favoriser le rapprochement entre policiers et gendarmes. »

Lire l’article de Laurent López dans la revue Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *