Opération Copperhead : le scénario foutraque du MI-5 qui mystifia les espions nazis

Au service de sa gracieuse Majesté, le lieutenant-colonel David Niven et le soldat Peter Ustinov themselves sont chargés d’une mission loufoque mais cruciale, en vue du débarquement de juin 1944. Nom de code : Opération Copperhead. Jean Harambat s’empare avec gourmandise et brio de ce moment d’Histoire et nous dévoile la mise en scène de cette incroyable mystification.

Qui pourrait nier la contribution décisive à la victoire des Alliés apportée par la propagande, l’espionnage et la désinformation ? Lors de la conférence de Téhéran (novembre 1943), Roosevelt, Staline et Churchill s’accordent sur la localisation et la date du débarquement de Normandie (opération Overlord). Ils conviennent également de la nécessité de désinformer l’ennemi sur ce projet et jettent ainsi les bases théoriques de l’opération Bodyguard. Son objectif est assez simple à résumer : cacher autant que possible les préparatifs de la plus grande opération aéronavale de tous les temps et accréditer d’autres hypothèses stratégiques auprès de l’Abwehr (le service de renseignement nazi). Sa mise en œuvre faite de ramifications complexes réclame beaucoup de finesse. L’Intelligent Service en la personne de son chef, le colonel Dudley Clarke, imagine alors le scénario de la rocambolesque opération Copperhead. Reste à en recruter les agents…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  CAPITAINE KOSACK le 13 novembre 2018 sur le site de Cases d’histoire

Capitaine Kosack : professeur d’histoire et de géographie dans un collège gascon du Lot-et-Garonne. Il apprécie la BD, glisse à l’occasion dans son enseignement quelques cases uderziennes, hergéennes ou tardiesques pour convaincre ses élèves de la légitimité du 9e art. Il aimerait tant rencontrer Gotlib…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *