La robe et les mortiers. Joseph-Marie de Villespassans, magistrat faux-monnayeur (1713)

« La monnoye est l’un des droits de la souveraineté ». Dès lors, fabriquer, exposer ou billonner de la fausse monnaie est regardé comme « une espèce de fausseté, la plus pernicieuse, et qui est la plus rigoureusement punie, parce qu’elle offense la Majesté du Prince ». Le faux-monnayeur est de fait assimilé à un voleur, à un usurpateur, voire à un traitre. Si ce criminel est de surcroît noble et conseiller au parlement, le cas devient extrême, limite. Comme l’expose La Roche Flavin, les « magistrats […] ne doivent rien respirer que la vertu, le bien, et l’utilité publique, et servir de bon exemple ». Ceux qui, à l’instar du Grand-chambrier Joseph-Marie de Villespassans, oublient les contraintes sociales et morales attachées à leur état, et prêtent leur concours à la fabrication et à la diffusion de fausses espèces, trahissent non seulement leur roi, mais mettent également en péril leur ordre et la justice qu’ils sont censés servir. La répression d’un tel cas pose alors de nombreux problèmes, dont les éventuelles conséquences, liées à l’effet contaminant de l’infamie de la peine capitale exigée par les ordonnances, ne sont pas les moindres. Pour mieux saisir les ressorts complexes du traitement de ce cas anomal, et en faire ressortir à la fois la singularité et l’exemplarité, il est nécessaire de le resituer dans le contexte social et économique, et dans celui de la répression de la fausse monnaie, dans lesquels il a prospérés, de le comparer à d’autres cas similaires, et de mettre à jour la trajectoire du faux-monnayeur et ses réseaux…

Lire la suite de cet article de Mathieu Soula sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...