Fouché, le policier : protéger le Premier Consul sans lui faire de l’ombre

Nicolas Juncker et Patrick Mallet poursuivent leur portrait de Joseph Fouché. Ils mettent le tombeur de Robespierre aux prises avec l’étoile montante de la politique française, Napoléon Bonaparte. Ce deuxième tome, sous-titré Le policier, dépeint l’avènement d’un Fouché plus connu du grand public, celui qui fonde le renseignement intérieur au service de l’État. Tout savoir sur tout le monde peut vous rendre efficace, mais aussi fort impopulaire, jusque dans les plus hautes sphères du pouvoir.

Après être passé entre les gouttes sous la Convention et sorti indemne de la Terreur*, Fouché traverse le Directoire en attendant son heure. En se mettant au service du nouvel homme fort du régime, Paul Barras, il lorgne la direction du Ministère de la Police générale. Créée le12 nivôse an IV (2 janvier 1796), cette institution entre en concurrence avec le Bureau central du canton de Paris, chargé du maintien de l’ordre et de la surveillance politique dans la capitale. Dépourvue de moyens, de personnel, de crédibilité et surtout de prestige, la fonction de ministre de la Police n’intéresse personne. En récompense de ses bons et loyaux services aux Pays-Bas, le 20 juillet 1799, Fouché obtient de Barras cette nomination qui va changer sa vie et infléchir le cours de l’Histoire de France…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  CAPITAINE KOSACK le 22 novembre 2017 sur le site de Cases d’histoire

Fouché T2 Le Policier. Nicolas Juncker (scénario). Patrick Mallet (dessin). Laurence Croix (couleurs). Les Arènes. 56 pages. 15€

KosackCapitaine Kosack : professeur d’histoire et de géographie dans un collège gascon du Lot-et-Garonne. Il apprécie la BD, glisse à l’occasion dans son enseignement quelques cases uderziennes, hergéennes ou tardiesques pour convaincre ses élèves de la légitimité du 9e art. Il aimerait tant rencontrer Gotlib…

 


Vous aimerez aussi...