Lucie Baud, ouvrière de la soie : l’une des premières femmes syndicalistes de France – Le film bientôt sur Arte …

Mélancolie ouvrière pour Virginie Ledoyen

« Le réalisateur Gérard Mordillat a posé sa caméra dans une ancienne usine de tissage du village. Virginie Ledoyen incarne Lucie Baud, ouvrière de la soie qui fut l’une des premières femmes syndicalistes de Franc. Née en 1870, elle est issue d’une famille de paysans pauvres de la région de Grenoble. À douze ans, elle entre comme apprentie dans une filature de soie et se marie à 20 ans avec un garde champêtre.

À la mort de son mari, chassée de son logement de fonction, Lucie se retrouve seule alors que les patrons de la filature décident de baisser les salaires et d’augmenter les cadences.

C’est la grève. Lucie se dresse en première ligne face au patron, soutenue par Auda (Philippe Torreton), un syndicaliste qui affermit sa détermination, l’éduque politiquement, et ne tarde pas à lui faire la cour avec succès. Une grande aventure démarre alors, dans laquelle Lucie Baud se jettera corps et âme contre « l’infinie servitude des femmes ».

François Cluzet et Philippe Torreton lui donnent la réplique. Ce film est l’adaptation du livre éponyme de Michelle Perrot paru en 2012 aux éditions Grasset « …

Publié le 05/10/2017 – Extrait de presse sur Le populaire

N°73 : Mélancolie ouvrière – Ledoyen, Mordillat et Torreton… – YouTube

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

« Je suis entrée comme apprentie chez MM. Durand frères. J’avais alors douze ans ». Ainsi commence le témoignage de Lucie Baud (1870-1913), ouvrière en soie du Dauphiné, femme rebelle et oubliée, en dépit de grèves mémorables. Une ouvrière méconnue peut-elle être une héroïne ? Michelle Perrot s’efforce de comprendre son itinéraire en renouant les fils d’une histoire pleine de bruits et d’ombres, énigmatique et mélancolique. Mélancolie d’un mouvement ouvrier qui échoue, d’une femme acculée au départ et peut-être au suicide, de l’historienne enfin, confrontée à l’opacité des sources et à l’incertitude des interprétations. Parution : 17/10/2012 aux Editions Grasset. Lire un extrait

Michelle Perrot – Mélancolie ouvrière – YouTube


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *