Sociologie de la délinquance (Sociologia della delinquenza) – Laurent Mucchielli

L’effondrement de la théorie scientifique du crime, élaboré depuis un siècle et demi, a mis en lumière la question fondamentale de la diversité et de la complexité des formes de délinquance. De même, la plupart des théories de la transgression sont apparues à cause de leur incapacité à inclure les « cols blancs » criminels aussi bien que ceux des élites politiques. Dans « Sociologie de la délinquance », Laurent Mucchielli propose une généalogie intéressante de la discipline, connue en Italie sous le nom de « sociologie de la déviance ». Le texte est idéalement divisé en deux parties: la première reconstruit l’évolution historique de la discipline, qui loin de se limiter à l’analyse du phénomène de violence le plus visible, étudie également les subtils abus financiers et économiques, ainsi que les multiples formes de violence politique et de crime organisé. Dans le second, par une analyse des réactions sociales que la définition du contexte historique du crime et les conditions d’inégalité, Mucchielli nous amène aux raisons de demandes de haut répressive et préventive indifférence sociale et institutionnelle, enquête critique certains aspects de la formulation des règles pénalités, comportements illicites et réaction sociale contre ces derniers. La préface d’Alessandro Dal Lago tente de créer un pont entre les études académiques françaises et italiennes, dans un excursus où de nombreux amateurs de non-travail trouveront également un intérêt. à travers une analyse des réactions sociales que la définition du contexte historique du crime et les conditions d’inégalité, Mucchielli nous amène aux raisons de demandes de haut répressive et préventive indifférence sociale et institutionnelle, enquête critique certains aspects de la formulation des lois pénales, la comportements illicites et réaction sociale contre ce dernier. La préface d’Alessandro Dal Lago tente de créer un pont entre les études académiques françaises et italiennes, dans un excursus où de nombreux amateurs de non-travail trouveront également un intérêt. à travers une analyse des réactions sociales que la définition du contexte historique du crime et les conditions d’inégalité, Mucchielli nous amène aux raisons de demandes de haut répressive et préventive indifférence sociale et institutionnelle, enquête critique certains aspects de la formulation des lois pénales, la comportements illicites et réaction sociale contre ce dernier. La préface d’Alessandro Dal Lago tente de créer un pont entre les études académiques françaises et italiennes, dans un excursus où de nombreux amateurs de non-travail trouveront également un intérêt. approfondir de façon critique certains aspects de la formulation du droit pénal, les comportements illicites et la réaction sociale à l’égard de ces derniers. La préface d’Alessandro Dal Lago tente de créer un pont entre les études académiques françaises et italiennes, dans un excursus où de nombreux amateurs de non-travail trouveront également un intérêt. approfondir de façon critique certains aspects de la formulation du droit pénal, les comportements illicites et la réaction sociale à l’égard de ces derniers. La préface d’Alessandro Dal Lago tente de créer un pont entre les études académiques françaises et italiennes, dans un excursus où de nombreux amateurs de non-travail trouveront également un intérêt.

Laurent Mucchielli est un sociologue français né à Nice (1968). Après avoir travaillé sur l’histoire des sciences humaines, il s’est concentré sur l’étude des politiques de criminalité et de sécurité. Il est directeur de recherche au CNRS et enseigne à l’Université d’Aix-Marseille. Parmi ses textes traduits en Italie: les jeunes et la violence. Une question ouverte (avec Véronique Le Goaziou, Clueb).

___________________________________________________________________________________________________________________________

Il fallimento delle teorie scientifiche del crimine elaborate da un secolo e mezzo a questa parte ha messo in evidenza la questione fondamentale della diversità e della complessità delle forme di delinquenza. In ugual misura, la maggior parte delle teorie sulla trasgressione si sono arenate a causa delle loro incapacità di includere nel ragionamento la criminalità dei “colletti bianchi” così come quella delle élite politiche. In “Sociologia della delinquenza”, Laurent Mucchielli propone un’interessante genealogia della disciplina, conosciuta in Italia come “Sociologia della devianza”. Il testo si divide idealmente in due sezioni: la prima ricostruisce l’evoluzione storica della disciplina, che lungi dal limitarsi all’analisi dei fenomeni più visibili di violenza, indaga anche il più sottile abuso finanziario ed economico, cosi come le molteplici forme della violenza politica e della criminalità organizzata. Nella seconda, attraverso un’analisi delle reazioni sociali rispetto alla definizione storicizzata del crimine e alle condizioni di disuguaglianza, Mucchielli ci porta alle ragioni delle richieste di interventi repressivi e preventivi fino all’indifferenza sociale e istituzionale, approfondendo criticamente alcuni aspetti della formulazione delle norme penali, dei comportamenti illeciti, e della reazione sociale contro questi ultimi. La prefazione di Alessandro Dal Lago cerca di creare un ponte tra gli studi accademici francesi e quelli italiani, in un excursus dove troveranno diversi spunti di interesse anche i non addetti ai lavori.

Laurent Mucchielli è un sociologo francese nato a Nizza (1968). Dopo aver lavorato sulla storia delle scienze umane, si è orientato verso lo studio della criminalità e delle politiche di sicurezza. È direttore della ricerca al CNRS e insegna a l’Université d’Aix-Marseille. Tra i suoi testi tradotti in Italia: I giovani e la violenza. Una questione aperta (con Véronique Le Goaziou, Clueb).


Vous aimerez aussi...