Louise Michel, de la déportation à l’aventure

La figure de Louise Michel, une de ces « folles »  utilisées par la Commune afin « d’affoler la population de Paris » , selon les conservateurs du temps, demeure, tout à la fois mythe et symbole, militante politique et figure de proue d’un féminisme en action dans des temps où les femmes étaient des mineures perpétuelles  , raillées, voire méprisées du plus grand nombre, femmes comprises, à toute tentative de part active dans la vie politique. Si nous en jugeons par l’absence de commémorations du centenaire de sa mort, au niveau national , force nous est de constater que persistent encore autour d’elle, sinon des vapeurs sulfureuses, du moins, au mieux, un halo d’indifférence.

Louise Michel nous a laissé une somme importante d’écrits, « enfants de papier »   nous permettant de percevoir, au-delà des actions publiques connues de longue date, des clichés dévalorisants ou laudatifs, une personnalité et un cheminement personnel plus complexes qu’ils ne paraissent à première vue.

Ces écrits, en particulier, nous dévoilent la place de l’enfermement, après la chute de la Commune, et de la déportation dans son existence.[…]

Lire la suite de ce nouvel article de Danielle Donet-Vincent sur Criminocorpus, dans le cadre du dossier sur les bagnes coloniaux.


Vous aimerez aussi...