La jeunesse n’est-elle qu’un mot ?

Manifestation CPE 2006 ©

Il est paradoxal de vouloir tenter une histoire de la jeunesse : n’a-t-elle pas un corps qui lui est propre depuis que le monde est monde ?

Il est vrai pourtant qu’elle est, à certains égards, une invention moderne. Le monde occidental a connu un « coup de jeune » dans les années 1960, c’est indéniable. D’où le recours, fréquent depuis, au vocabulaire générationnel : « bof génération », « génération morale » et on s’épargnera la « génération Bataclan »…

LA MARCHE DE L’HISTOIRE du jeudi 10 mars 2016

Invitée de l’émission : Ludivine Bantigny  : Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Rouen et chercheuse au Centre d’histoire de Sciences Po.

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de l’émission France inter.

LUDIVINE BANTIGNY
Historienne

Ludivine Bantigny, ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée et docteur en histoire, est maître de conférences à l’université de Rouen, après avoir enseigné aux instituts d’études politiques de Paris et de Strasbourg. Ses travaux portent sur la jeunesse comme enjeu social et politique, sur la socialisation, les formes d’héritage et de transmission générationnelle, ainsi que sur l’histoire des sciences humaines et sociales (sciences du psychisme et sociologie) dans la seconde moitié du XXe siècle. Membre du comité de rédaction des revues Vingtième SiècleHistoire@Politique et Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, elle a récemment publié Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des Trente Glorieuses à la guerre d’Algérie (Fayard, 2007), Les « XXe siècle » français. La France et les Français de 1914 à nos jours(Ellipses, 2006) et, en codirection, Printemps d’histoire. La khâgne et le métier d’historien (Perrin, 2004)…

Ludivine Bantigny: Livres, Biographie, écrits, livres audio …

Le blog de Ludivine Bantigny | Le Club de Mediapart

________________________________________________________________________________________________________________

“Je suis parfois interpellée sur ce statut d’historienne, qui ouvre tant de questions sur la “neutralité” et l’engagement. Est-ce comme telle que je m’exprime publiquement? Oui et non. Oui, parce que ce métier et cette formation ont forgé mes positions, dans l’étude du passé et de toutes ses possibilités, ses futurs imaginés, réalisés ou non. Nous sommes nombreux.ses à le penser: en sciences sociales comme en bien d’autres domaines, il n’y a pas de neutralité. Tout choix (de sujet, de méthode et d’approche) est déjà une position. Cela ne nous empêche pas de faire notre métier avec honnêteté et intégrité. Non, parce que ces engagements me dépassent assurément; ce sont ceux de tout un chacun sur ce qui nous est commun. A cet égard, les écrits d’Howard Zinn demeurent déterminants. En 1969, Zinn, avec d’autres, propose à l’American Historical Association de prendre position sur la guerre du Vietnam en cours. John Fairbanks, le recteur national des historiens sinologues, leur rétorque: « La vocation de l’AHA est purement professionnelle » Zinn répond alors : « Imaginons que la guerre ne nous touche pas en tant qu’historiens. Qu’elle ne nous touche qu’en tant que citoyens. Soit, mais quand au juste avez-vous l’occasion de vous rassembler avec d’autres citoyens pour vous exprimer sur les questions décisives de notre époque ? […] Que veut dire la démocratie sinon la possibilité donnée aux individus, dès lors qu’ils sont regroupés, pour quelque raison que ce soit, d’exprimer leurs préférences sur les grands problèmes du moment ? S’ils ne l’ont pas, la démocratie est une imposture, car cela signifie que les dirigeants politiques ont réussi à tenir à l’écart l’ensemble des citoyens en occupant leur temps par divers emplois, ce qui leur permet de décider de la politique, tandis que leurs administrés, pendant 99 % de leur existence, restent silencieux. » Et si le mot “intellectuel.le” peut être employé, c’est à la manière de Jacques Rancière: « les rares fois où ce terme a été revendiqué avec quelque noblesse, c’est lorsqu’il l’a été pour déclarer le droit à la parole de ceux à qui on ne demandait pas leur avis ou la capacité de penser les choses communes propres à ceux dont ce n’est pas supposé être l’affaire” sur https://blogs.mediapart.fr/ludivine-bantigny


Vous aimerez aussi...