L’Affaire Charles Lainé (1818), ou comment la police fabriquait un faux-monnayeur

L’Affaire Charles Lainé appartient à cette catégorie de faits divers que l’histoire n’aurait sans doute jamais retenue, sans l’intervention d’un écrivain de la stature de Benjamin Constant, qui a sauvé la vie de ce condamné à mort pour fausse monnaie. Pourtant, le cas est intéressant en lui-même, indépendamment du rôle de ce célèbre publiciste. Dans la France de cette époque, où, pour reprendre l’expression de Bernard Traimond, « une fureur » de contrefaçons « s’empare des populations », Lainé représente probablement un exemple assez rare de faussaire si amateur et si peu expérimenté, qu’à propos des douze pièces qu’il fabriqua, le préfet a dit : « il n’y en avait pas une qui pût tromper l’œil le plus stupide, tellement elles sont défectueuses1 ». Ce manque de savoir-faire s’explique, parce que Lainé ne s’est risqué à fondre des Louis qu’une seule fois et seulement sur l’incitation opiniâtre d’un mystérieux personnage, qui apparaîtra bientôt comme un espion de la police, voulant à tout prix provoquer un flagrant délit. Faussaire occasionnel et naïf, Lainé n’est donc pas représentatif du phénomène dont B. Traimond a décrit l’ampleur pour les Landes. En revanche, le cas mérite d’être présenté pour quatre raisons au moins : d’abord à cause du rôle que joue la gendarmerie dans cette affaire ; ensuite parce que l’enquête fournit des indications non dénuées d’intérêt sur les ingrédients et les ustensiles utilisés pour son forfait ; à cause également de la sévérité semble-t-il exceptionnelle que le tribunal a exercée dans cette occasion (c’est cette sévérité probablement qui incita un magistrat à révéler cette affaire dans la presse libérale) ; enfin en raison de sa dimension politique : la mobilisation de l’opinion par Constant, qui dénonce les méthodes scandaleuses des agents du pouvoir, oblige trois ministres et Louis XVIII à intervenir, cela au moment où le ministère traverse une crise grave qui aboutira fin décembre à son remaniement et aussi lorsque Richelieu est préoccupé par le retrait des troupes d’occupation après le traité d’Aix-la-Chapelle…

Lire la suite de cet article de Étienne Hofmann sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...