Un camp d’internement au petit séminaire de la ville de Guérande

À partir du 18 avril 1914, et ce jusqu’à la fin 1919, la ville de Guérande a accueilli un camp de concentration durant la Première Guerre mondiale.

Au cours de la Première Guerre mondiale, fin octobre 1914, Nantes a transféré au petit séminaire de Guérande, loué depuis le 18 avril de cette même année et jusqu’à la fin 1919, ce que l’on appelait le dépôt d’étrangers de Guérande avant que l’appellation officielle ne devienne camp de concentration.

Ce lieu d’internement, l’un des soixante-dix ouverts sur le territoire, renfermait les ressortissants civils des nations ennemies, majoritairement Allemands, Hongrois, Autrichiens, Turcs, Bulgares, mais également des Alsaciens-Lorrains.

La notion de prisonnier de guerre y était élargie. Car, si aucun des étrangers qui peuplaient ce camp – hommes, femmes et enfants – ne portait d’uniforme militaire, ils n’en ont pas moins été privés de liberté et certains n’en sont sortis qu’en novembre 1919, plusieurs mois après la ratification par le parlement du traité de paix de Versailles, le 27 juin. Le camp d’internement guérandais, placé sous la surveillance d’un poste de garde militaire, est un camp ordinaire, destiné aux familles et individus isolés, marginaux ou suspects, à l’exception de personnalités pouvant servir de monnaie d’échange…

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de Ouest-france.

Approfondir le sujet en consultant les cahiers des Amis de Guérande. 2016-N°63 (Prix public 15 €, Gratuité pour les adhérents) sur le site https://amisdeguerande.jimdo.com/


Vous aimerez aussi...