Le faux-monnayage dans le Puy-de-Dôme du Second Empire à la Belle Époque : du mythe à la réalité

Peu d’études sont consacrées au faux-monnayage au XIXe siècle et à la Belle Époque, et encore moins à sa représentation médiatique. La rareté des crimes de fabrication et d’émission de fausses monnaies jugés par les cours d’assises (1,6 % des jugements sur la période 1852-1914 dans le Puy-de-Dôme) et l’absence de grands débats politiques et économiques sur la question expliqueraient-elles ces lacunes de l’historiographie contemporaine ? On trouve certes dans l’actualité criminelle des grands quotidiens nationaux quelques affaires exceptionnelles, comme celle des faux-monnayeurs du Luxembourg en 1906-1907, principale source d’inspiration d’André Gide pour son roman éponyme, mais cela ne semble pas suffisant pour faire du faux-monnayage un objet d’étude à part entière. Et pourtant, il n’est pas une région où l’on ne découvre pas, en discutant avec les habitants ou en feuilletant la production littéraire locale, quelques histoires de brigands faux-monnayeurs ayant sévi plus ou moins longtemps dans une commune ou un canton. En Auvergne, on pense notamment à François Chabrier, un cantalien du milieu du XIXe siècle qui, dans sa longue carrière de malfaiteur, s’est laissé tenter par la fabrication de faux billets. À partir de ce personnage est née une légende alimentant la littérature locale et associant durablement quelques lieux insolites aux exploits du bandit…

Lire la suite de cet article de Sébastien Soulier sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2011, 22 décembre). Le faux-monnayage dans le Puy-de-Dôme du Second Empire à la Belle Époque : du mythe à la réalité. Criminocorpus. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd1k

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search