Goliarda Sapienza, romancière à l’école de la vie dans la prison pour femmes

La romancière italienne Goliarda Sapienza revient à titre posthume L’Université de Rebibbia. Après Moi, Jean Gabin, dans ce nouveau récit traduit en français, imprégné de son esprit espiègle et frondeur, elle y raconte son expérience dans la prison de  femmes de Rebibbia  et décrit le système carcéral italien des années 80.

Dans Moi, Jean Gabin, Goliarda Sapienza racontait une enfance joyeuse et idéalisée. Dans l’Université de Rebibbia, un récit autobiographique, à la première personne mais romancé, on est dans un univers bien plus cruel mais toujours gai. Le lecteur fait face à l’auteure hantée par l’échec. Son œuvre  principale, l’Art de la joie  est unanimement rejetée.  Au fond du gouffre, elle vole des bijoux à une amie, se fait attraper et se débrouille pour aller en prison alors qu’elle peut purger sa peine à domicile. Goliarda pénètre alors dans la plus grande prison de femmes du pays, à Rebibbia, dans la banlieue de Rome. Elle y trouvera sa rédemption, dans cet établissement dont elle fait l’université de la vie…

Mise à jour 24.10.2013  par Florencia Valdés Andino
Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de tv5 monde.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *