Primo Levi : un rescapé des camps de la mort raconte la Shoah à des bambini

Contrairement à ce que suggère ce titre, Matteo Mastragostino et Alessandro Ranghiasci ne nous livrent pas une biographie dessinée du plus illustre rescapé italien d’Auschwitz. Cet album jeunesse met sobrement en scène l’intervention imaginaire de Primo Levi dans une école primaire turinoise. Son récit, que renforcent des dessins sans fausse pudeur, entend perpétuer le dialogue intergénérationnel sur l’Holocauste, afin de préparer l’humanité à l’inéluctable disparition des derniers survivants.

Lorsque l’opportunité s’offre à eux, les enseignants hésitent rarement à laisser des témoins fiables raconter l’Histoire à leurs élèves. La période 1940-1945 s’inscrit parfaitement dans cette démarche. En France, qui mieux que ceux qui ont vécu la montée des populismes dans les années 1930, la « drôle de guerre », la débâcle de juin 1940 puis l’Occupation, pour aider la jeunesse à appréhender la réalité quotidienne des populations ballotées dans les tourments de la Seconde Guerre mondiale ? Cette volonté de témoigner dans les établissements scolaires a été incarnée, jusqu’à son dernier souffle, par Lucie Aubrac…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  CAPITAINE KOSACK le 6 décembre 2017 sur le site de Cases d’histoire.

KosackCapitaine Kosack : professeur d’histoire et de géographie dans un collège gascon du Lot-et-Garonne. Il apprécie la BD, glisse à l’occasion dans son enseignement quelques cases uderziennes, hergéennes ou tardiesques pour convaincre ses élèves de la légitimité du 9e art. Il aimerait tant rencontrer Gotlib…

Primo Levi. Matteo Mastragostino (scénario). Alessandro Ranghiasci  (dessin). Marie Giudicelli (traduction). Steinkis. 118 pages. 16€

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *