Les remords de l’assassin (Laurent Bettoni)

Parution du livre le 2 mai 2017 – Trois couples à bout de souffle tentent de surmonter leurs difficultés. Karine et Olivier s’empêtrent dans une crise conjugale qui les dévore lentement depuis des années. Patricia et Franck, victimes d’un drame personnel, voient leur vie basculer du jour au lendemain. Aurélie et Philippe, tous deux psychiatres, entretiennent une liaison adultère et ont bien du mal à envisager leur avenir amoureux.

Apparemment étrangers les uns aux autres, tous se croisent pourtant, s’entrechoquent et jouent un rôle crucial dans une affaire criminelle impliquant l’assassinat sauvage de quatre jeunes filles, en cinq semaines, dans le nord de Paris.

Le Parquet en confie alors l’enquête au commandant Vauquier, de la Brigade criminelle, qui se distingue par ses méthodes punitives et radicales.

Dans ce thriller psychologique aux allures de tragédie grecque, et face aux larmes de l’assassin, chacun devra répondre à la question  : la maladie mentale est-elle un crime  ?

Naissance à Vitry-sur-Seine le 27 juillet 1968. Dès sa plus tendre enfance… Non, « tendre » n’est pas le mot qui convient. Alors, dès sa plus dure enfance, Laurent Bettoni dévore du livre, de la pellicule et des spaghettis – sauce western. Il sent confusément que sa vie est là, dans l’écriture, la création et l’invention d’histoires, noires de préférence. D’ailleurs, au lycée Romain Rolland d’Ivry-sur-Seine, il marche sans le savoir dans les traces d’illustres prédécesseurs, passés par là quelques dix ans avant lui : Tonino BenacquistaMaurice G. DantecJean-Bernard Pouy.

Il tourne rapidement très mal et commet son premier roman après l’obtention d’un bac scientifique. Pas très logique, tout ça. Mais il persiste et se lance dans des études secondaires en biologie moléculaire. Entre deux partiels, il écrit des chansons. Un gros producteur les entend et en signe quelques-unes… qu’il veut attribuer à un autre artiste de son écurie. Laurent Bettoni refuse de jouer les nègres, casse le contrat et repart avec ses textes sous le bras, drapé dans son orgueil blessé de jeune coq. Il continue d’écrire malgré tout. Et quand il n’écrit pas, il perd son temps à gagner sa vie dans l’industrie médicale. Mais un jour, il plaque ce business scientifico-crapuleux, retourne à l’école, obtient le diplôme de correcteur et travaille en free-lance pour l’édition et la presse magazine. Paraît en même temps et en 2005, chez Robert Laffont, son roman Ma place au paradis, d’une noirceur qui ferait passer la couleur de l’ébène pour celle de la crème chantilly. Il collabore ensuite pendant un an avec une maison de production à l’écriture de scénarios. Il chronique depuis 2011 dans le mensuel Service littéraire. Avant la sortie de son roman jeunesse aux éditions Don Quichotte, en avril 2013, il tente l’expérience hautement subversive de l’édition indépendante et publie deux livres : Écran total (littérature dite noire) et Les Corps terrestres (littérature dite blanche).

Quoi qu’il écrive, ses récits, empreints de références de la pop culture, explorent l’âme humaine jusque dans ses recoins les plus sombres, où il aime à penser qu’une part de lumière, aussi faible soit-elle, scintille encore. Le regard qu’il porte sur l’espèce humaine n’exclut donc pas l’humour, ni la bienveillance. Loin des clivages traditionnels et réducteurs entre littérature blanche et littérature noire, il apparaît comme un auteur de littérature « grise », qui mêle les genres.Biographie établie sur klibre-ve

Editeur Marabout
Collection Marabooks

 


Vous aimerez aussi...