La Birmanie et ses minorités

Aung San Suu Kyi est conseillère spéciale de l’État et porte-parole de la Présidence de la République de l’Union de Birmanie © AFP / Fred Dufour

Aung San Suu Kyi, bien que Nobel de la Paix, fidèle auditrice de la BBC et fervente pratiquante de la méditation, n’est pas nécessairement sensible au sort des citoyens de deuxième et troisième ordre car c’est ainsi qu’ils sont classés dans le pays.

LA MARCHE DE L’HISTOIRE  du mercredi 3 janvier 2018

Invitée de l’émission Carine Jaquet Chercheuse associée à l’IRASEC

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de France inter.

Carine Jaquet est diplômée de la faculté de Sciences Politiques de Paris 1 (2007) et de l’Institut national des langues et civilisation orientales en Népali et Birman (2006).

Lauréate de la Bourse Lavoisier (2005-06), elle a étudié une année à l’Université des langues étrangères de Rangoun, lui permettant de perfectionner sa maîtrise de la langue birmane.

Présente depuis plusieurs années en Asie du Sud et du Sud-Est, elle associe ses recherches de terrain à des activités professionnelles dans les domaines du développement de l’aide humanitaire et de l’analyse politiques pour des agences onusiennes et des organisations non gouvernementales. Ces expériences la mènent à poursuivre des recherches sur des thèmes tels que : les conflits armés, les migrations régionales forcées, les dynamismes religieux mais aussi l’aide humanitaire et la société civile.

Ses recherches actuelles portent sur les conflits armés, ainsi que sur l’articulation de l’État et de la société civile en Birmanie.


Vous aimerez aussi...