La police de Vichy dans les Hautes-Pyrénées : le cas du commissaire de Lourdes

Parution du livre le 15 février 2017 – L’ambiguïté de l’attitude du commissaire Casimir durant la Seconde Guerre mondiale est analysée. Il fit preuve, selon les cas, de dureté ou de mansuétude envers les ennemis du régime. L’étude revient sur le rôle capital de la police dans le sort des victimes de l’autoritarisme de Vichy au travers du portrait d’un Français moyen : nationaliste, antiallemand et pétainiste. ©Electre 2017

Gérard Sébastien raconte l’histoire du commissaire de Lourdes dont la légende le disait avoir sauvé des Juifs durant la seconde guerre mondiale. Représentatif du « Français moyen », antiallemand, Casimir était nationaliste, maréchaliste et, sans aucun doute pétainiste. En tout cas, jusqu’à ce que les nazis ne demandent plus à Pétain seulement de l’or mais des hommes.

Toute l’ambiguïté du commissaire fut d’accorder l’impunité à certains, et un traitement sans pitié aux autres, alors qu’ils appartenaient aux mêmes catégories des « indésirables » du régime, à savoir Résistants – considérés comme des « terroristes » -, constitués en grande partie par les réfractaires au STO, et Juifs. Il n’y avait pas alors seulement la Sélection sur la rampe des camps de la mort, à l’arrivée des trains, mais, avant tout, dans la hiérarchie de l’administration française, dont la Police reste l’élément le plus emblématique de l’autoritarisme du régime de Vichy.

En complément : L’auteur propose ici la version revue, corrigée et augmentée du mémoire de Master-recherche soutenu en juin 2014 à l’Université de Pau, intitulé : La Police de Vichy dans les Hautes-Pyrénées : le cas du commissaire de Lourdes épuré à la Libération. Celui-ci est intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord personnel, pour avoir très jeune entendu ses ascendants parler de l’oeuvre mythique du policier qui a sauvé des Juifs au péril de sa vie. Intéressant aussi, et surtout, pour être représentatif du « Français moyen » de cette période, qui ne comptait qu’une minorité de Résistants et de collaborationnistes.

 

Résumé du mémoire : L’objet de ce mémoire est de faire la part des choses entre le rôle principal, celui pour lequel un inspecteur des Renseignements généraux de Tarbes, devenu commissaire de la « Police régionale d’État » de Lourdes, est rétribué, et celui plus difficile à déterminer de Résistant. Après avoir déterminé le mécanisme auquel ce commissaire obéit, le rôle qu’il joue dans l’ombre est abordé. Pour étudier cela, il paraît judicieux de partir de son procès en épuration, dont les témoignages à charge et à décharge amènent à décrire et délimiter les actes qu’il a commis et, parallèlement à sa fonction, quels furent les « services rendus à la Résistance » qui lui vaudront l’annulation de sa condamnation à « l’indignité nationale » entraînant l’acquittement lors de ses deux procès. Ce mémoire développe dans une première partie les éléments du procès en épuration ; les autres parties sont présentées sous forme de plan détaillé…

La Police de Vichy dans les Hautes-Pyrénées, l’exemple du …


Vous aimerez aussi...