Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle (Ulrike Krampl)

Parution de Ulrike Krampl, Les secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle, préface d’Arlette Farge, Paris, EHESS, Collection En temps & lieux, 2012, 301 p. ISBN 978-2-7132-2322-8.

Présentation de l’éditeur

Qui sont les personnes désignées par la police de Paris de « faux sorciers escrocs » ? Dans ce récit tout en nuances d’un phénomène fabriqué par la police parisienne, il est question  de croyance, d’usage des sources policières.

En France depuis l’édit royal de 1682, le « crime » de sorcellerie, de moins en moins persécuté, se trouve progressivement décriminalisé. Au début du XVIIIe siècle, la police de Paris, disposant depuis 1667 d’une lieutenance générale propre, étape décisive dans le renforcement de la mainmise du roi sur les affaires de la capitale, aborde le problème de la magie dans la ville. Car ces pratiques secrètes créent un lien social et économique non contrôlé par le pouvoir absolu. La police, aussi déterminée que désorientée, appelle ces personnages « faux sorciers escrocs » ; ce sont des ecclésiastiques, des hommes du peuple, quelques nobles. Il est question de chercheurs de trésors, de pierre philosophale, de transmutation des métaux, de bonne aventure et d’horoscope, de fabrication et de débit de secrets pour le corps, l’amour et pour gagner au jeu ; parfois le poison y est associé et toujours, il s’agit de « friponnerie ». À partir de cas concrets, divers et repérables en profondeur dans la société parisienne, Ulrike Krampl analyse les formes d’adhésion ou de croyance, les conditions de production de la déviance au regard de la société et du pouvoir politique.

Sommaire

Introduction – Après les sorciers, les faux sorciers

Première partie. La « science certaine » ou comment établir une certitude

Chapitre 1. « Faire le faux sorcier ». Champs d’action et acteurs de la magie

1. Le terrain des faux sorciers. Champs langagiers et configuration sociale

2. Gestes d’autorité ou les secrets incorporés

Chapitre 2. Du soupçon à la condamnation. L’élaboration de l’objet faux sorciers par la police

1. Lorsque la confiance se brise. Les moments du soupçon ou comment devenir « suspect »

2. Les secrets à l’épreuve. Vérification ultime afin de « purger la ville »

Deuxième partie. Les secrets et leurs enjeux. Publics, richesses, corps social

Chapitre 3. Publics. De l’espace religieux à l’espace moral et politique

1. Secrets publics

2. Secrets politiques ? Les « funestes effects d’une pareille séduction »

Chapitre 4. Secrets de la fortune

1. Il « allait faire leur fortune ». Les chemins vers la richesse

2. Secrets magiques et intérêt

Chapitre 5. « Métier de sorcier », corps social et escroquerie

1. Les secrets du « métier de sorcier ». De l’apprenti du diable au « maître fripon »

2. De l’escroquerie. Lorsque les faux sorciers deviennent escrocs

Troisième partie. Croyances – Espaces, temps et dynamiques du secret

Chapitre 6. Les lieux et les temps de la magie

1. Les lieux de la magie

2. Les temps de la magie ou la ville discontinue

Chapitre 7. Croire à la magie

1. Les dynamiques du secret

2. Doutes et folie

Conclusion

Annexes – Abréviations – Bibliographie

L’auteur

Docteure en histoire, Ulrike Krampl est maître de conférences à l’Université François-Rabelais de Tours.

Ses recherches portent sur les croyances, le corps, les langues et les sociabilités populaires urbaines des XVIIe et XVIIIe siècles dans une perspective d’histoire sociale, anthropologique et du genre.

Source : page des éditions de l’EHESS


Vous aimerez aussi...