13 janvier 1898: Zola publie J’accuse

Avec LE DOSSIER SECRET DE L’AFFAIRE DREYFUS ( Alma Editeur , 2012) redécouvrez les trucages et manipulations du contre-espionnage français acharné contre Dreyfus.

Des papiers inédits conservés au fort de Vincennes.

http://www.alma-editeur.fr/le_dossier_secret_de_l_affaire.h…

Date de parution : 11 octobre 2012 – Le 15 octobre 1894, le capitaine Alfred Dreyfus est arrêté. Il aurait livré des renseignements à l’attaché militaire allemand, Maximilian von Schwartzkoppen. Seule preuve : une ressemblance troublante entre l’écriture du capitaine et celle d’un bordereau dérobé à l’ambassade d’Allemagne par la Section de statistiques, le contre-espionnage français. Dreyfus est rapidement condamné. Puis réhabilité en 1906. Pour accabler Dreyfus, la Section de statistiques constitue – en violation du droit – un « dossier secret » connu des seuls juges du Conseil de guerre et caché à la défense. Au nom de la raison d’État, la Section l’augmentera régulièrement de pièces incohérentes et de faux jusqu’à ce que ses manipulations soient démasquées.
Le « dossier secret » restait à découvrir. Pour la première fois depuis une cinquantaine d’années, des chercheurs proposent une nouvelle reconstitution de ce dossier et, plus encore, s’intéressent à sa fabrication. S’inspirant des méthodes mises au point par les médiévistes pour l’étude des procès et des archives sensibles, nos trois auteurs ont reconstitué, aux archives militaires de Vincennes et aux Archives nationales, le travail réalisé au fil des ans par les accusateurs obsessionnels de Dreyfus.
Les auteurs révèlent le fonctionnement et l’idéologie de ce petit groupe qui a su s’affranchir de tout contrôle au nom de la raison d’État. La Section étend son emprise, non seulement dans l’armée, mais jusque chez les décisionnaires politiques, entretenant une paranoïa de la subversion et se donnant pour mission de purifier la France du cosmopolitisme corrupteur. À la xénophobie des hommes de la Section s’ajoutent l’antisémitisme et la haine des « mœurs dissolues ». À ce titre, les responsables de la Section ont en ligne de mire la liaison homosexuelle passionnée de l’attaché militaire allemand (Schwartzkoppen) et de l’attaché militaire italien (Panizzardi).
Si l’on a, depuis longtemps, mis en valeur le rôle de l’antisémitisme dans la mise en accusation de Dreyfus, on n’avait jamais révélé le rôle du fantasme homophobe. Pierre Gervais , Pauline Peretz  et Pierre Stutin concluent que les hommes de la Section reproduisirent inconsciemment la vieille triade de l’Inquisition finissante, combinant traîtrise, hérésie et déviance sexuelle.
La correspondance des deux attachés militaires désignait leur informateur par une simple initiale : « D ». Les hommes de la Section désignèrent Dreyfus : pour eux, seul un Juif pouvait se trouver en accord parfait avec un milieu de traîtres cosmopolites aux pratiques sexuelles jugées déviantes.
Voir le site-compagnon du livre qui offre au lecteur la retranscription de toutes les pièces du dossier secret : www.affairedreyfus.com
LE DOSSIER SECRET DE L’AFFAIRE DREYFUS

Vous aimerez aussi...