Les archives contre la statistique officielle ? Retour sur les brigades du Tigre (Dijon, 1908-1914) 

Le 30 décembre 1907, les brigades mobiles régionales de police judiciaire – appelées durant l’entre-deux-guerres « brigades du Tigre » en l’honneur du ministre de l’Intérieur qui favorisa leur éclosion, Georges Clemenceau – voient le jour après une genèse difficile (López 2008). Chargées officiellement de la répression des criminels les plus dangereux sur l’ensemble du territoire français, ces douze brigades sont rapidement complimentées pour l’efficacité de leur action par les pouvoirs politiques, les journaux et… leurs propres responsables. Malgré leur renommée et la publicité faite alors à leurs enquêtes, l’histoire des brigades mobiles demeure aujourd’hui incertaine et parcellaire. En effet, les dossiers constitués dans ces services – qui passent à quinze en 1911 – ont pour la plupart disparu. Ce vide a favorisé la diffusion durable, persistante et institutionnalisée d’une légende dorée [1][1] On retrouve la trace de cette légende dorée des brigades…, hormis les indispensables travaux de Jean-Marc Berlière (notamment 2000 : 311-323), auxquels cette étude est en grande partie redevable, comme son titre le signale…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Laurent López sur le site de Cairn

Laurent López a été nommé chercheur au Service Historique de la Défense (Département des études, de la recherche et de la symbolique).

Chercheur associé au Centre d’Histoire du XIXe siècle (Universités Paris I et Paris-Sorbonne) et au Cesdip (UVSQ/CNRS, UMR 8183), Laurent Lopez a préparé à l’Université Paris-Sorbonne, sous la codirection des Pr. J.-N. Luc et J.-M. Berlière, un doctorat, publié sous le titre La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, coacteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914), préface de Jean-Claude Farcy, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2014.

Parmi une production d’une quarantaine d’articles et de contributions à des ouvrages collectifs, il a co-dirigé, avec Jean-Noël Luc, un numéro spécial de la revue Histoire, Économie & Société, intitulé Histoire de la force publique aux XIXeet XXe siècles, 2013/4.

Si l’histoire totale des forces de l’ordre doit s’intéresser également à leurs interrelations, peu d’auteurs ont adopté cette démarche sur une grande échelle en histoire contemporaine. Le doctorat de Laurent Lopez peut donc être considéré comme un travail pionnier : il analyse la coproduction de la force publique par les gendarmes et les policiers à la fin du XIXe siècle en ajoutant à une vaste enquête dans plusieurs dizaines de départements français des détours par la Belgique, le Luxembourg et la Suisse.

Laurent Lopez collabore aux enseignements de l’Université Paris-II (préparation aux concours administratifs, notamment ceux de l’EOGN et de l’ENSP), de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (cours sur l’histoire des forces de l’ordre françaises) et de la Classe préparatoire intégrée de l’EOGN (cours d’Histoire contemporaine et de Culture générale).

López (Laurent) | Criminocorpus

Genèses 2008/2 (n° 71)

  • Pages : 176
  • Affiliation : Numéros antérieurs disponibles sur www.persee.fr
  • ISBN : 9782701148366
  • DOI : 10.3917/gen.071.0106
  • Éditeur : Belin

Vous aimerez aussi...