Violette Nozière : entre vérités et mensonges

A 18 ans seulement, cette jeune fille empoisonne ses parents et met le feu à leur appartement. Condamnée à la peine de mort, elle sera graciée plusieurs fois, puis totalement réhabilitée ! Jacques Pradel vous raconte son incroyable histoire dans l’Heure du Crime.

Pour en savoir plus sur le site de l’émission RTL l’Heure du crime du 17 janvier 2016 sur Rtl.

Anne-Emmanuelle Demartini est professeure d’histoire contemporaine à l’université Paris 13, membre du laboratoire Pléiade. Ses travaux portent sur les sensibilités et les imaginaires sociaux contemporains, qu’elle explore à partir d’itinéraires individuels et de modalités diverses de l’exception et de la transgression : criminel(le)s, monstres, affaires judiciaires, etc. Elle est l’auteure de L’Affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001 et a codirigé plusieurs ouvrages : Imaginaire et sensibilités. Études pour Alain Corbin, Paris, Créaphis, 2005 ; Monstre et imaginaire social, Paris, Créaphis, 2008 ; Émotions contemporaines xix e  xxi e  siècles, Paris, Armand Colin, 2014. Dernier livre publié Violette Nozière, la fleur du mal ( une histoire des années 30) – Anne-Emmanuelle Demartini

 



Citer ce billet
Philippe Poisson (2018, 18 janvier). Violette Nozière : entre vérités et mensonges. Criminocorpus. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndgo

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search