L’ombre d’un doute – Petiot : Le docteur Satan de l’Occupation

L’ombre d’un doute – Petiot : Le docteur Satan de l’Occupation

Le 11 mars 1944, dans le 16e arrondissement de Paris, des odeurs pestilentielles provenant de la cheminée d’un hôtel particulier intriguent. Dans la cave, les pompiers découvrent l’inimaginable : des cadavres humains dépecés et prêts à être incinérés dans une chaudière ainsi qu’une fosse de chaux vive mélangée à des morceaux de corps. Sur place, un homme, le Docteur Marcel Petiot, prétend que les cadavres sont ceux de collabos et de gestapistes éliminés par la Résistance. Les policiers le laissent alors repartir. Deux ans plus tard, le 4 avril 1946, le médecin est condamné à mort par la cour d’assises de la Seine pour 24 assassinats. Il est guillotiné le 25 mai 1946. Retour sur le parcours de celui que l’on a surnommé « Docteur satan »…

Pour en savoir plus lire la vidéo  L’ombre d’un doute – Petiot : Le docteur Satan de l’Occupation – YouTube

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Parution du livre le 22 mai 2014 – Pour la première fois, un historien se penche sur l’affaire Petiot, et surtout sur l’homme, son passé, sa folie, ses secrets. Une enquête et des révélations passionnantes !

Le 11 mars 1944, en pleine Occupation, un charnier est découvert dans un hôtel particulier de la rue Lesueur, à Paris. Le docteur Marcel Petiot, propriétaire de l’immeuble, est bientôt arrêté et accusé d’avoir assassiné puis incinéré vingt-sept personnes, notamment des juifs cherchant à fuir la Gestapo. Son procès, qui débute le 18 mars 1946, sera aussi médiatisé que celui de Landru au lendemain de la Grande Guerre.

Au fil d’une enquête passionnante, on découvre que la question de la folie ne cesse d’émailler sa vie, depuis son enfance, alors même qu’elle est écartée d’office lors de son procès. Sa culpabilité, à bien y regarder, n’est pas prouvée, mais « établie ». A-t-il agi seul ? Comment s’y est-il pris ? Il n’y a pas de preuves directes, ni de témoins, ni d’aveux ou de confession ! Lorsque tombe le couperet de la guillotine, le 25 mai 1946, le mystère reste entier…

Historien et ancien directeur du Mémorial de Caen, Claude Quétel a publié de nombreux ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale, dont Femmes dans la guerre, 1939-1945 (Larousse, 2004 ; 2006), L’Impardonnable Défaite (Tempus, 2012) et La Seconde Guerre mondiale (Perrin, 2015).

Editions Perrin

Quelques liens utile sur le même sujet : 

Quand la pénurie de papier joue en la faveur du docteur Petiot …

L’affaire Marcel Petiot – Criminocorpus

Le « Docteur Satan » de la rue Le Sueur – Criminocorpus


Vous aimerez aussi...