Le Corbeau – La légende noire d’Henri-Georges Clouzot

L’acteur Pierre Fresnay et l’actrice Ginette Leclerc dans le film « Le corbeau’ d’Henri-Georges Clouzot © Getty / Sunset Boulevard / Corbis

« Un coup de tonnerre, une tornade brusquement déchaînée », voilà comment le journaliste Roger Régent décrit Le Corbeau d’Henri-Georges Clouzot, sorti sur les écrans français en 1943. 1943.

Nous sommes en plein cœur de la Seconde Guerre mondiale, pendant l’Occupation. Le contexte, le sujet du film, la personnalité et le talent du réalisateur, tout concourent à donner à ce long-métrage un parfum de scandale. Tant et si bien qu’Henri-Georges Clouzot, en une œuvre, réussit le tour de force de se mettre à dos l’Allemagne nazie, la France pétainiste et la Résistance…

Invité dAFFAIRES SENSIBLES du mardi 23 janvier 2018 : Pierre-Henri Gibert est réalisateur de documentaire, et l’auteur du film Le Scandale Clouzot, produit par Talweg Production et diffusé sur Arte.

Pour en savoir plus sur le site de l’émission France inter

Le Corbeau de Henri-Georges Clouzot (1943) #MrCinema 164 …

Le Corbeau de Clouzot – YouTube

Le Corbeau 1943 – Film réalisé par Henri-Georges Clouzot – YouTube

Raymond Chirat présente Le corbeau (Henri Georges Clouzot …

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Ginette LeClerc in Le Corbeau (Henri-Georges Clouzot, 1943)

Ginette Leclerc , encore auréolée de sa pres-tation dans La Femme du boulanger (Pagnol,1939)  reprend des rôles de garce sensuelle dans Fièvres (Jean Delannoy, 1941), Le Mistral (Jacques Houssin, 1942) et Le Chant e l’exilé (André Hugon, 1942).

Pressée par Alfred Greven,qui la menace de lui faire retirer sa carte de travail, elle signe un contrat pour trois films à la Continental : Le Corbeau (Clouzot,1943) où elle est complètement métamorphosée, Le Val d’enfer (Maurice Tourneur, 1941 et Le Dernier sou (Cayatte, 1943). Ce n’est pourtant pas cela qui lui vaudra de sérieux ennuis à la Libération. La réponse est à chercher du côté de Lucien Gallas. Sans qu’elle s’en rendît bien compte. l’acteur lui avait fait acheter, en son nom propre, un cabaret qu’il voulait diriger. Mieux valait alors entretenir des relations « cordiales » avec les Allemands qui étaient les seuls habilités à délivrer une autorisation d’ouverture. Mêler la vie privée à la vie professionnelle pouvait se payer très cher… Ginette Leclerc pendant l’occupation de 1939 à 1944


Vous aimerez aussi...