L’affaire Jérôme Carrein : L’histoire du dernier guillotiné de nationalité française

                                  L’histoire du dernier guillotiné de nationalité française – L’affaire Jérôme Carrein

L’histoire du dernier guillotiné de nationalité française : Jérôme Carrein.

Le 27 octobre 1975, un homme, Jérôme Carrein, tue Cathy Petit, 10 ans, au bord des marais d’Arleux, dans le Nord-Pas-de-Calais. Trois mois plus tard, un autre homme, Patrick Henry, assassine cyniquement Philippe Bertrand, 7 ans. Le second échappera à la guillotine quinze jours avant que le premier soit condamné à mort ; il sera défendu par Robert Badinter et son procès, devenu celui de la peine de mort, tiendra la France en haleine.

Invité de l’émission RTL L’Heure du crime : Luc Briand, magistrat. Après divers postes au tribunal de grande instance du Havre, à la Cour de cassation et au Conseil d’État, il est aujourd’hui conseiller à la Cour d’appel d’Aix-en-Provence. Il publie « La Revanche de la guillotine » aux éditions Plein Jour.

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de l’émission Rtl

Parution du livre  le 19 janvier 2018 – Le 27 octobre 1975, un homme, Jérôme Carrein, tue Cathy Petit, 10 ans, au bord des marais d’Arleux, dans le Nord-Pas-de-Calais. Trois mois plus tard, un autre homme, Patrick Henry, assassine cyniquement Philippe Bertrand, 7 ans. Le second échappera à la guillotine quinze jours avant que le premier soit condamné à mort ; il sera défendu par Robert Badinter et son procès, devenu celui de la peine de mort, tiendra la France en haleine. Jérôme Carrein, lui, n’intéressera personne, sauf des magistrats qui prendront à ses dépens leur revanche sur le procès Henry – la revanche de la guillotine.Luc Briand revient sur cette affaire, sur Jérôme Carrein que tout le monde a oublié, sur le pays minier qui, déjà, n’était peut-être pas ce que la France voulait voir d’elle-même, sur cette marche vers la mort d’un homme au destin jalonné d’abandons et de fatalité sociale, sur sa quasi-rédemption en prison. Il rencontre tous les personnages de l’affaire, les témoins de sa dernière heure, jusqu’au fils du bourreau qui assistait son père lors de son exécution. Le dossier Carrein, raconte-t-il, tient en vingt pages, vingt pages qui résument l’intégralité de la vie d’un homme, et ont suffi à décider de sa mort ; vingt pages d’histoire broyée parce que la vie soudain valait moins que les symboles qu’on voulait en tirer. Luc Briand, 40 ans, est magistrat. Après divers postes au tribunal de grande instance du Havre, à la Cour de cassation et au Conseil d’État, il est aujourd’hui conseiller à la Cour d’appel d’Aix-en-Provence. La Revanche de la guillotine est son premier livre.

Éditeur Plein Jour


Vous aimerez aussi...