Exodes, exils et internements dans les Basses Pyrénées 1936-1945 (Laurent Jalabert)

Parution du livre en octobre 2014 – Situé le long de la frontière occidentale de l’Espagne, le département des Basses- Pyrénées, soumis à l’exode massif des Espagnols fuyant la guerre civile, connaît dès 1939 l’ouverture d’un camp de réfugiés dans la petite commune de Gurs. Le camp reste en fonction tout au long de la guerre et se transforme en lieu d’internement : indésirables étrangers ou politiques, juifs, résistants, collaborateurs, prisonniers de guerre allemands… s’y succéderont dans les pires conditions. Tout au long de ces « années sombres », le Béarn comme le Pays basque se remplissent de maisons d’arrêts, camps de prisonniers, camps de travail, camps de réfugiés, lieux d’assignations à résidence récemment redécouverts par l’historiographie (le plus important étant le camp du Polo à Bayonne, réservé aux prisonniers de guerre issus des colonies). Ces internements ne sont que l’une des formes de contrôle qui s’exercent surtout contre les populations juives, particulièrement surveillés aux frontières et autour de la ligne de démarcation, mais aussi sur des lieux d’assignation à résidence en zone libre ou dans la zone occupée, notamment à Bayonne où la communauté est importante. Ce livre qui reprend une partie des communications de la journée d’études du 30 novembre 2012 qui s’est tenue à l’Université de Pau, revient sur ces phénomènes d’exodes ou d’internements dans leurs diversités.

Ouvrage publié sous la direction de Laurent Jalabert (Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, chercheur au laboratoire ITEM, EA 302) avec les contributions de José Cubero, Michèle Degorce pour le Collectif sur la mémoire du camp du Polo à Bayonne, Mixel Esteban, Laurent Jalabert et Claude Laharie.

Editions Cairn: Éditions Cairn


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Ph Durut dit :

    Bonjour,
    Une petite coquille:le camp de Gurs a été installé en 1939.
    Cordialement