La loi du lucre. L’usure en procès dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge (Claude Denjean)

Parution de Claude Denjean, La loi du lucre. L’usure en procès dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge, Madrid, Casa de Velázquez, 2011, 546 p. (collection Bibliothèque de la Casa de Velázquez, n° 52) ISBN 9788496820593

Présentation de l’éditeur

En 1297, la chancellerie du roi Jacques II d’Aragon enquête contre les usuriers. L’influence papale, la clameur populaire, le développement de l’administration judiciaire favorisent des procédures qui corrigent les taux d’intérêts immodérés. Témoins et accusés narrent les petits faits omis dans les autres sources, et décrivent des pratiques créditrices avec lesquelles tous jouent sans complexe, jusqu’à la faillite. Parce qu’il naît d’une crise de la confiance, le procès démontre combien les qualités humaines sont une valeur primordiale sur les marchés. Les hommes d’affaires, plus souvent chrétiens que juifs, doivent respecter une norme qui place l’équité au coeur de la cité. Cette étude d’histoire économique ouvre la voie à une histoire des juifs « désenclavée » et réhabilite l’usure. Alors que balbutie le stéréotype qui transforme le juif en usurier, les prêteurs issus de la communauté hébraïque se révèlent dignes de foi et membres du corps politique.

Table des matières

 Introduction

I.- Dénoncer l’usure. La chancellerie contre les usuriers

II. – Récits d’usure

III. – Le lieu des crimes. L’administration royale de la couronne d’Aragon et les échanges vers 1297

IV. – Au pays de l’usure légale ? Droit et contrôle du crédit et dans la couronne d’Aragon

V. – Une suspicion généralisée sur les contrats

VI. – Le fils de l’usurier

VII. – L’usure, les usures et les usuriers

VIII. – La justice des usures

IX. – Les juifs, les usures et le royaume. La construction d’un corps politique par l’éthique

Conclusion

Chronologie et généalogie. La couronne d’Aragon aux XIIIe et XIVe siècles


Vous aimerez aussi...