Ils reviennent nos assassins du 47 : L’affaire Louise Paillet (Jean-Michel Armand)

Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

Voilà, ils reviennent nos assassins du 47, toujours prêts à nous ravir de leurs histoires dégoulinantes de résiné bien poisseux !

A partir du  jeudi 1er février 2018 puis chaque premier jeudi du mois.

Après avoir commis d’innombrables  « petits meurtres » sur le prestigieux site de l’E.N.A.P., Jean-Michel Armand  s’invite à partir de ce jour sur le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … pour nous présenter les émissions réalisées dans « l’Assassin habite dans le 47 » sur RADIO BULLE 93.6.

C’est avec un vif plaisir que nous mettrons en ligne les nouvelles émissions réalisées par un ami  de la Revue Criminocorpus – CLAMOR

Prochaine émission en ligne sur notre site :

L’affaire Louise PAILLET : 

En ce mois de mars 1918, Agen comme tout le reste de la France suit avec anxiété la contre-offensive allemande après que les allemands, libérés du front russe, aient massivement regroupés leurs troupes sur le front occidental. Mais un événement plus local va venir distraire les esprits. Le 16 mars, Louise Paillet qu’on appelle aussi « Bigarreau » dans le milieu de la prostitution est retrouvée égorgée dans sa chambre située au-dessus du Café du Gravier dont elle est la propriétaire. Entre deux vermouth-cassis et trois Fernet-Branca, Bigarreau reçoit ses clients pour un tout autre genre de commerce. Qui a pu massacrer ainsi, cette femme dans la commode de laquelle la police retrouvera nombre de lettres de clients la remerciant de ses talents et se promettant de revenir à leur prochain passage à Agen ? Malgré la mobilisation des toutes nouvelles techniques d’investigation policière (relevés d’empreintes, photographies du corps, des lieux, schémas, croquis…), la police est dans l’impasse. Heureusement pour elle que les informateurs avisés viennent à elle.

En l’occurrence, il s’agit d’une jeune femme, une cousette du nom de Laure Massoc qui vient balancer son julot (pas encore de balançage de porc à l’époque !) qu’elle suspecte sérieusement d’avoir fait le coup, un certain Jules Laurent, apprenti barbeau mais aussi artilleur au 18 ème régiment d’artillerie hippomobile d’Agen….

Une histoire de julots casse -croûte dont l’épilogue surprendra car Jules Laurent et son complice Raoul Fadat sauveront leur tête et leur liberté grâce à…Bertillon !

Qui l’eût cru ?

A écouter sur Radio Bulle en direct sur 93.6 ou en podcast, rubrique « L’assassin habite le 47 ». En attendant L’ ASSASSIN HABITE LE 47 – Radio Bulle

 


Vous aimerez aussi...