Le corps, lieu de pouvoir et d’histoire

Les exercices infligés aux corps durant la modernité nous rappellent que l’idée de leur “nature” s’inscrit dans une histoire.

Lors de sa première édition en 1978, Le corps redressé s’imposait comme un ouvrage à lire pour toutes sortes de raisons. La principale était sans doute le rapport qu’il entretenait entre lui – par son analyse des procédures de domination à travers la contrainte des comportements et de la sensibilité – et les textes de Michel Foucault portant sur les disciplines et les dispositifs de dressage des corps dans les institutions d’État (entre autres). On sortait de la lecture de Surveiller et punir(1975), ce n’était pas rien. S’y ajoutait non moins un débat non terminé sur la « décadence des mœurs » à notre époque (après Mai 1968) et sur la disparition du « savoir vivre » (disait-on).

En 2018, Le corps redressé reste un ouvrage à lire, ou à relire. Parce que les procédures de domination, tout en se modifiant, n’ont pas disparu, et parce que les doctrines pédagogiques ne cessent de s’étendre à tous les collectifs, au point de faire prendre les impositions des normes corporelles pour « naturelles », y compris et surtout les plus spécifiques, et parfois aussi les plus « déviantes » (par rapport au modèle dominant, bien sûr). Quant au débat cité ci-dessus, il est loin d’être contenu, comme le laissent voir les imprécateurs du temps et de sa culture crépusculaire qui le ravivent sans cesse dans les magazines. Entre temps, il faut bien le dire, une chose n’a pas non plus beaucoup changé : le rapt de la question du corps dans la métaphysique dualiste. La croyance en la séparation de l’âme et corps, de l’esprit et de la matière, est toujours vivace, même si elle semble parfois atténuée…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Christian RUBY sur le site de Non fiction


Vous aimerez aussi...