L’évasion de Fresnes (Malek Bouabbas)

Parution du livre le  5 février 2015 – C’est que l’évasion d’Antonio Ferrara ne laisse rien au hasard : ce jour-là, ce détenu particulièrement surveillé (DPS) s’est arrangé pour se retrouver au quartier disciplinaire, endroit stratégique de la prison pour mener à bien l’opération. Dans la nuit, un commando d’une dizaine d’hommes cagoulés, organisés et lourdement armés (fusils d’assaut, Kalachnikov, lance-roquettes) arrive sur place et incendie des voitures pour occuper l’arrivée éventuelle des pompiers et des policiers.

Lors de l’attaque, d’autres « gèlent » les miradors au fusil d’assaut AK-47 pour dissuader les gardiens de tenter toute réaction. Un dernier groupe fait sauter deux portes blindées à l’explosif et au lance-roquettes, tandis que Ferrara fait exploser lui-même les grilles de sa cellule avant de s’enfuir…

Malek Bouabbas individu défavorablement connu des services de police, est le dernier compagnon de liberté du «Joyau». Le 10 juillet 2003, il est localisé avec Antonio Ferrara dans un bar à Paris. Quarante policiers ont été mobilisés pour leur arrestation.

Éditeur : Don Quichotte

Malek Bouabbas raconte dans un livre l’évasion de la prison de Fresnes

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Antonio Ferrara jeune, figure du grand banditisme et évadé de la prison de Fresnes début 2003. Photo via RTL.fr

Le 12 mars 2003, à 4 h 15 du matin, un commando attaque la prison de Fresnes , dans la Val de Marne . Les personnes qui le composent sont armées de revolvers, fusils d’ assaut , lance-roquettes et de différentes variétés d’explosifs. Vite, le personnel du centre pénitentiaire est dépassé. Plusieurs coups de feu sont tirés en direction des miradors tandis que les lance-roquettes font exploser deux portes blindées . Les forces de l’ordre n’ont, quant à elles, pas le temps d’intervenir. Une quinzaine de minutes plus tard, Antonio Ferrara , dit « Le Petit», figure du grand banditisme français longtemps en cavale et incarcéré à Fresnes moins d’un an plus tôt, est libéré.

Parti se cacher dans le sud de la France, Ferrara est pourtant arrêté quatre moisplus tard, dans un bar du 12 e arrondissement parisien , le 10 juillet 2003 en compagnie de plusieurs amis et de Malek Bouabbas, son ami et chauffeur, par unconvoi de 40 policiers . Armé et en possession de faux papiers , Ferrara n’a pas letemps de dégainer… Pour en savoir plus sur Voitures cramées et armes de guerre : l’histoire de l’évasion de …


Vous aimerez aussi...