A Gex, une prison cellulaire de la monarchie de Juillet devenue bibliothèque municipale

En 1845, le département de l’Ain fut l’un des rares en France à édifier une prison cellulaire. La première pierre de l’édifice conçu par l’architecte Meunier fut posée cette année-là, un an après le grand débat parlementaire sur la réforme des prisons. il y avait été question de l’application du régime cellulaire inspiré du modèle philadelphien, autrement appelé dans notre pays « régime de séparation individuelle ». Les plans et coupes présentent un édifice pourvu d’un étage avec douze cellules pour les hommes au rez-de-chaussée et douze pour les femmes à l’étage. La conservation de cet édifice est donc précieuse au titre de la mémoire et de l’histoire d’une utopie punitive qui enthousiasma les élites de la monarchie de Juillet.


Plans et coupes conservés aux Archives départementales de l’Ain
et présentés lors de l’exposition « Derrière les barreaux » en 2010-2011.

Cette prison demeura en service jusqu’en 1945 soit pendant presque un siècle. Durant l’Occupation, des civils qui tentaient de passer la frontière séparant la France de la Suisse y furent incarcérés. Des résistants également. Des familles juives y furent écrouées, avant leur transfert au camp de Drancy.
Des dessins et graffitis de ces victimes ont été conservés dans le bâtiment devenu bibliothèque municipale. Le Dauphiné écrivait :  » Un panneau qui explique le rôle de cette prison est d’ailleurs présent près de l’entrée du bâtiment. En août et septembre 1942, 46 personnes de religion juive ont été emprisonnées à Gex puis déportées à Drancy, en banlieue parisienne, puis à Auschwitz. La plupart des salles de la bibliothèque sont donc d’anciennes cellules. On le remarque à leurs portes étroites et basses, avec un seuil élevé et à l’exiguïté des pièces. L’une d’elles a d’ailleurs conservé des inscriptions et dessins réalisés par les prisonniers. Un ange, un bateau et même le portrait de Charlie Chaplin viennent donc illustrer les murs de cette pièce, qui tient lieu de salle de travail pour les bibliothécaires. Lors de l’inauguration, qui aura lieu à l’automne (la date n’est pas encore arrêtée), il sera possible de découvrir ces dessins, qui seront agrémentés de panneaux explicatifs et de plans du bâtiment. «