Impossibles victimes, impossibles coupables – Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles) – Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain

Parution du livre le 20 août 2009 – Les femmes représentent moins de 15 % de l’ensemble des individus jugés au XIXe et au XXe siècle. Elles sont globalement moins sanctionnées. Dans les  “canards sanglants”  du début du XIXe siècle, puis dans la presse populaire, la criminalité féminine est liée au sexe : femmes avorteuses et avortées, femmes infanticides, femmes prostituées, femmes adultères, femmes auteurs ou victimes d’un crime passionnel. De leur côté, la criminologie naissante et les discours savants ne disent guère autre chose et proposent une lecture proche du  “sens commun”, : la déviance et la criminalité féminine relèvent de l’intime et de la “nature des femmes” . L’activité des juridictions répressives, du tribunal de simple police à la cour d’assises, peut donner l’impression d’aller dans le même sens. Cet ouvrage se propose toutefois de mettre en évidence une déviance féminine plus diversifiée et délaissée par la recherche, évoquant le vol, l’escroquerie ou la sédition politique autant que les crimes de moeurs. La petite délinquance, souvent oubliée, côtoie les gestes les plus spectaculaires et plus connus. Surtout, l’accent est mis ici sur l’ambivalence des femmes, à la fois victimes et coupables ou coupables et victimes, devant la justice comme devant le jugement plus large de leurs contemporains ou de la postérité – pour les plus célèbres des  “héroïnes de cour d’assises” . À travers des études qui se concentrent soit sur le processus judiciaire lui-même, soit sur sa médiatisation, ressort l’embarras que suscitent les femmes victimes ou déviantes, dans une période où la domination masculine pèse lourdement. Entre  “éternelles coupables”  et  “éternelles victimes” et les femmes en justice n’ont pas fini d’interroger les normes sociales et les pratiques répressives.

Sommaire :

  • IMPOSSIBLES VICTIMES
    • Dénoncer et dire la souillure
    • Empoisonneuses malgré elles : les femmes victimes de la rumeur
    • Les mauvaises victimes dans la Gazette des tribunaux
  • LES INCERTITUDES DE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE
    • L’irresponsabilité pénale féminine et la figure de la femme folle
    • L’émeute en jupon des découpeuses de Châles
  • FEMMES DÉVIANTES ET FIGURES HÉROÏQUES
    • Charlotte Corday : la construction d’une victime de l’histoire
    • A propos de la violence politique féminine sous la Troisième République
    • Les millions et les picaillons de la Grande Thérèse

Frédéric Chauvaud est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers, responsable de l’équipe société conflictuelle du Gerhico- Cerhilim et spécialiste de la justice et de la violence. Il vient de diriger Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours (PER, 2009) et prépare une Histoire des soeurs Papin (Larousse, 2010)… Pour en savoir plus sur CHAUVAUD Frédéric – Département Histoire

Gilles Malandain est maître de conférences à l’université de Poitiers et membre du Gerhico-Cerhilim, travaille sur l’histoire politique et judiciaire de la France du XIXe siècle. Il prépare la publication de sa thèse aux Éditions de l’EHESS, sous le titre L’Introuvable complot. Attentat, enquête et rumeur dans la France de la Restauration… Pour en savoir plus sur MALANDAIN Gilles – Département Histoire

Éditeur : PU Rennes

Collection : Histoire

Pour en savoir plus Véronique Lesueur-Chalmet, auteur des ouvrages Cadillac et …


Vous aimerez aussi...