1912 : Devant l’ancienne prison Saint-Lazare, située autrefois au n° 107 de la rue du Faubourg-Saint-Denis

Nous voici en 1912 devant l’ancienne prison Saint-Lazare, située autrefois au n° 107 de la rue du Faubourg-Saint-Denis. La prison devint une « maison de santé » en 1930 avant d’être démolie vers 1935. Il reste toutefois quelques vestiges, aujourd’hui inscrits comme monument historique… (photo Agence Meurisse).

LA PRISON SAINT-LAZARE, 10E ARRONDISSEMENT

 Maison d’arrêt, de justice et de correction pour les femmes (1791-1932)

Nord : rue de Chabrol et passage de la Ferme Saint-Lazare
Est : entrée 107 faubourg Saint-Denis et boulevard Magenta
Sud : rue de Paradis
Ouest : rue d’Hauteville

Le couvent, fondé par saint Vincent de Paul (il y mourut en 1660), fut transformé en prison en 1791 et réservé aux femmes en 1794. Quelques travaux furent exécutés en 1802, l’ancienne chapelle gothique transformée en grenier à foin fut démolie en 1823. En 1824, l’architecte P. L. Baltard construisit un bâtiment neuf, une chapelle et une infirmerie.

La prison Saint-Lazare était à la fois maison d’arrêt, de justice, de correction et d’éducation correctionnelle pour les jeunes filles détenues par voie de correction paternelle. Elle accueillait des prévenues et des accusées de délits et de crimes, des condamnées à l’emprisonnement de moins d’une année, des détenues pour dette envers l’État et, à partir de 1836, des prostituées privées de liberté par jugement ou décision administrative qui étaient confinées dans l’infirmerie ou dans la prison (elles étaient jusque là enfermées aux Madelonnettes). Elle servait aussi de maison de détention municipale pour les mineures arrêtées en flagrant délit de prostitution sur la voie publique, d’hospice pour les syphilitiques et de maison hospitalière.

La prison était divisée en trois quartiers : le quartier judiciaire ou première section réservée aux détenues de droit commun, le quartier administratif ou deuxième section pour les filles publiques, l’infirmerie pour les malades, notamment les filles atteintes de maladies vénériennes. Dans la première section, une centaine de cellules étaient réservées aux jeunes détenues et à un certain nombre de condamnées. Ces cellules, dans le quartier dit de « la ménagerie », étaient munies de barreaux et de grilles qui n’empêchaient ni le froid ni les odeurs. Les cloîtres servaient de dortoirs. Dans la seconde section, le rez-de-chaussée comportait les cuisines, les salles des préparations pharmaceutiques, les bains, il était surmonté de deux étages d’infirmerie. Les mêmes salles servaient de dortoir, de réfectoire et d’ateliers. Sous les combles, un dortoir d’une centaine de lits était réservé aux « filles soumises ». En 1868, on comptait 992 femmes détenues. Par ailleurs, étaient installés à Saint-Lazare la lingerie, la boulangerie des prisons de la Seine et le magasin général pour l’approvisionnement en vêtements et chaussures de l’administration pénitentiaire.

Le 21 décembre 1912, le conseil général de la Seine adopta le principe de la reconstruction de Saint-Lazare et de la Petite Roquette à Pantin. La guerre survint avant que cette question fût résolue. En 1927 et 1928, on décida la destruction des bâtiments compris entre la chapelle et le faubourg Saint-Denis. La prison fut fermée en juillet 1932 et la démolition effective entre 1935 et 1940. Les bâtiments subsistant (dont la chapelle, visible au fond du square Alban-Satragne) appartiennent aujourd’hui à l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris. – SourceBrève histoire des prisons de Paris, de la prise de la … – Criminocorpus


Vous aimerez aussi...