Il y a 100 ans, les femmes obtenaient le droit de vote au Royaume-Uni

Des suffragettes manifestent pour le suffrage féminin, en juillet 1908 à Londres. LSE Library / Wikimedia Commons

Le 6 février 1918, le Parlement britannique accorde aux femmes de plus de 30 ans le droit de vote. Après plus de 50 ans de combats, suffragistes et suffragettes remportent là leur première victoire.

Par François-Damien Bourgery – Première publication le 06 février 2018 – Lorsqu’ils valident la loi sur la Représentation populaire le 6 février 1918, les députés britanniques achèvent un long bras de fer avec la Chambre des lords. Pendant des mois, les deux chambres du Parlement se sont écharpées sur ce texte donnant l’accès au vote à tous les hommes majeurs et aux femmes de plus de 30 ans. Car jusque-là, le suffrage est censitaire, exclusivement masculin et réservé à ceux pouvant justifier de l’occupation d’un logement de manière ininterrompue pendant les douze mois précédant le 15 juillet écoulé, comme le rappelle dans un article Véronique Molinari, professeure de civilisation britannique à l’université de Grenoble-Alpes.

C’est également la fin d’un combat engagé 50 ans plus tôt. En 1866, une pétition réclamant le droit de vote pour les femmes est présentée au Parlement qui s’apprête à voter un amendement pour étendre le suffrage à la classe ouvrière. Les féministes s’engouffrent dans la brèche, aidées par le philosophe et député John Stuart Mill. Plus riches et plus instruites, pourquoi ne pourraient-elles pas y prétendre, elles aussi ? Leur demande est retoquée…

Pour en savoir plus lire le billet publié le 6 février 2018 sur le site de Savoirs.rfi.


Vous aimerez aussi...