Violences et passions dans le Paris de la Renaissance (Diane Roussel)

Paru le 7 novembre 2012 – Capitale politique du royaume de France, monstre démographique et chaudron social sans cesse bouillonnant, Paris est-elle également la capitale du crime ?

Cela ne fait aucun doute pour les chroniqueurs bourgeois de la Renaissance, persuadés de voir proliférer le crime organisé à l’intérieur des murailles de la ville, réactivant ainsi, à la faveur des grandes crises du siècle, les stéréotypes de l’insécurité urbaine. C’est également le discours que tient la Couronne, pour laquelle dénoncer l’insuffisance de la police parisienne permet de faire progresser la tutelle royale au détriment des autonomies anciennes de la bonne ville.

Les sources de la pratique judiciaire livrent pourtant une tout autre image de la criminalité parisienne au XVIe siècle. Fréquente et ritualisée, la violence ordinaire est d’abord le fait d’une jeunesse masculine en mal d’intégration professionnelle et matrimoniale. Mais si l’engouement pour le duel à l’épée modèle l’homicide parisien, la capitale ne semble pas connaître d’explosion sanglante hors du commun. Les instruments traditionnels de la régulation sociale – police en immersion dans la rue, justice conciliatrice plus que coercitive et surtout contrôle communautaire étroit – résistent encore aux mutations profondes de l’organisme urbain, assurent une relative modération de la violence et engagent la société parisienne sur le chemin du désarmement. Analysés au ras de la rue, les conflits ordinaires permettent aussi de restituer l’intensité de la vie sociale dans la plus grande ville d’Occident, où la conduite et la renommée de chacun sont soumises au regard de tous et aux normes communes. Plutôt que naturellement « pousse-au-crime », Paris apparaît au contraire comme un modèle original de moralisation et d’encadrement des comportements à l’aube des Temps modernes. Lire le sommaire

Préface de Robert Muchembled

Diane Roussel – Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure et agrégée d’Histoire, je suis maître de conférences en histoire moderne à l’université de Reims Champagne-Ardenne et rattachée au CERHiC depuis 2010. J’ai soutenu en 2008 à l’Université de Paris 13 une thèse intitulée « Paris en ordres et désordres. Justice, violence et société dans la ville capitale au XVIe siècle », dont la version remaniée a paru sous le titre Violences et passions dans le Paris de la Renaissance (Seyssel, Champ Vallon, 2012). Spécialiste d’histoire de la criminalité, de la justice et de la police, je m’intéresse en particulier aux usages sociaux de la justice et à la culture judiciaire d’Ancien Régime. Avec Marie Houllemare, j’ai co-dirigé Les justices locales et les justiciables. La proximité judiciaire au Moyen Âge et à l’époque moderne (Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015). Je mène actuellement une enquête sur les mécanismes de la régulation sociale, dans et hors du tribunal, en particulier à travers les accommodements privés et notariés au début de l’époque moderne. Je poursuis également mes recherches sur Paris aux XVIe et XVIIe siècles, notamment au temps des guerres de Religion et de la Ligue, et plus largement sur les espaces et les pratiques urbaines, les transgressions, la violence et les solidarités. Pour en savoir plus…

Éditeur : Champ Vallon

Collection Époques

 


Vous aimerez aussi...